Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fluidité au sud de Charleroi

Amélioration de la rue de la Bruyère à Marcinelle

  • Manu Simon, conseiller communal.

Monsieur le Bourmestre

La mobilité globale continue à se dégrader au sud de Charleroi.

Déjà dans une question écrite de décembre dernier, j’attirais votre attention sur les difficultés de trafic à la rue de la Bruyère à Marcinelle et surtout à ses deux extrémités.

Les files de voitures s’allongeant de plus en plus aux heures de pointe, je vous proposais de créer un rond-point au pied de cette rue, là où elle aboutit à l’avenue Mascaux, face à la Cité de l’Enfance.

Au sommet de cette voirie, en sa jonction avec la rue de Nalinnes, j’insistais sur le caractère décentré du petit rond-point qui est de moins en mois contourné et qui pourrait provoquer de nombreuses collisions.

Votre réponse écrite me paraissait satisfaisante. Vous alliez sensibiliser le MET au sujet du carrefour Bruyère/Mascaux et vous m’annonciez qu’une étude avait été menée par le bureau d’étude de la voirie afin de réaménager et recentrer, tout en l’élargissant, le rond-point d’en haut, face à la taverne « La Grange ». Tout semblait correct puisqu’il s’agissait d’une part d’une voirie régionale et d’autre part d’une voirie communale. Les lecteurs assidus du bulletin communal des réponses écrites pouvaient donc être rassurés.

Malheureusement, quelques jours après le conseil, vous m’avez fait parvenir une lettre très contradictoire.
Vous y précisiez que pour le carrefour devant la Cité de l’Enfance, une proposition avait déjà été examinée en 1996. La conclusion formelle était de ne réaliser aucun aménagement favorisant le trafic de transit. Sur base d’un nouvel examen, cette décision n’a pas été modifiée.
Pour le carrefour d’en haut, je vous cite : Il est exact que la Ville a étudié un projet dont la réalisation est estimée à quelques 125.000 euros. L’idée n’a pu cependant être retenue faute de moyens budgétaires… et aussi sur base de l’argument du MET.

Je suis étonné qu’on se réfère à une étude de 1996, alors que chacun peut constater une nette aggravation ces 7 dernières années. Dans les faits, vu les nombreux embouteillages et accidents sur la N 5 entre Tarcienne et Couillet, on ne compte plus les véhicules qui quittent la N5 pour trouver des itinéraires plus rapides et plus sûrs.
Ne nous voilons pas la face. Le trafic de transit existe déjà, notamment par la rue du Sanatorium, la rue de Nalinnes et la rue de la Bruyère. Les spécialistes parlent à ce propos de phénomène de percolation.

N’attendons pas la fin des travaux d’une éventuelle E 420 au sud de Charleroi. Il faudra encore plusieurs années avant de pouvoir l’inaugurer et rien ne nous permet de croire aujourd’hui que le tracé ouest sera retenu, puisqu’il aboutirait sur une liaison autoroutière avec le petit ring, la A 507 qui est déjà saturée sans cet apport supplémentaire. C’est l’étude ISIS du plan de mobilité qui le souligne…

Par contre, il ne faut pas être devin pour savoir que cette situation n’ira qu’en empirant.

Comme autorité politique prévoyante et responsable, je vous demande de revoir vos positions et d’influencer le MET en ce sens.

Les deux nouveaux ronds-points doivent être créés très rapidement.

D’autre part, le bel aménagement partiel devant les bâtiments provinciaux de l’IPSMA mériterait d’être prolongé sur toute la rue des Bruyères et dès que possible sur la rue du Sanatorium.

Je n’ai pas soulevé ce point en janvier vu la longueur du débat budgétaire, mais j’espère qu’une oriention nouvelle sera prise dès ce conseil de février.

Je vous remercie.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite