Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les Carolos doivent être associés au projet Foruminvest

La Locale Ecolo de Charleroi se réjouit du fait qu’un investisseur immobilier envisage un projet de grande envergure à Charleroi, sur la dernière zone d’importance à urbaniser au cœur de la ville. L’apport de capitaux envisagé est en soit favorable.

  • Xavier Desgain, secrétaire local
  • Luc Parmentier, Chef de groupe Ecolo au Conseil Communal

Le potentiel de ce projet est très grand, à condition qu’il soit bien mené et accompagné par le pouvoir politique. Les écologistes pensent qu’une série de conditions sont nécessaires à sa bonne réussite.

Ecolo demande une large participation citoyenne pour l’élaboration du projet et pour en assurer sa bonne intégration dans la ville. En effet, les meilleurs projets de ville, ceux qui ont réellement réussi dans d’autres grandes villes sont ceux qui ont été portés par une large majorité des acteurs locaux. Ils doivent donc être impliqués le plus vite possible dans le projet.

Dans ce contexte, la Locale Ecolo de Charleroi, réunie ce mardi 1er février, estime que :

  • le projet doit être articulé sur les quartiers voisins (Ville haute, Broucheterre, La Planche, terril des Piges,…) et ne pas être coupé du centre actuel, ce qui le condamnerait à devenir plus encore le vieux centre délaissé, malgré les investissements de la ville elle-même pour le rendre plus attractif (ex : espace Bertrand) ;
  • le projet doit prendre en compte la sécurité des lieux (pas de coupe-gorge, localisation de la police de proximité, espaces assez dégagés, cheminement interne visible, activité et vie après les heures de bureau et durant les week-end, espaces de convivialité) ;
  • le projet doit comporter une part plus importante de logements (c’est le seul point non chiffré du projet) et d’espaces verts (5000 m2 annoncés, soit 1,7% du projet, c’est trop peu) notamment pour réussir son intégration dans les quartiers existants ;
  • le cœur du projet ne doit pas être commercial mais culturel (au sens très large). L’idée d’un campus en proposant qu’il couple 1er cycles universitaires et cycles complets Hautes Ecoles et qui s’étendrait jusqu’aux bâtiments de l’UT est très séduisante. Par ailleurs, il est important de ne pas se limiter au campus (vide le week-end) et donc intégrer le projet avec l’axe PBA - Eden et proposer différents services actuellement absents du centre ville (ex. : pas une crèche mais plusieurs) ;
  • en conséquence, la superficie des commerces doit être sensiblement revue à la baisse. Par ailleurs, la ville de Charleroi connaît un taux d’inoccupation des commerces au centre ville particulièrement préoccupant (20%), et le projet actuel pourrait encore fortement dégrader cette situation, laissant pour la vieille ville solderies, night shops et autres commerces de seconde zone, ce qui amplifierait encore d’avantage la désertion des commerces provoquée par Ville 2, City Nord ou Cora par exemple. La locale Ecolo de Charleroi rappelle que le portefeuille des Carolos n’est pas extensible et que la création de nouvelles zones commerciales en fragilise automatiquement d’autres dans la zone urbaine ;
  • une mobilité en centre ville totalement repensée à partir du projet : intégration de cheminements lents mais surtout développement du réseau des transports en commun pour irriguer toute la ville. A cet égard, le nombre d’emplacements de parking prévu (6000) est démesuré s’ il n’est pas accompagné d’une rationalisation du stationnement de longue durée en ville et s’il ne permet pas d’accéder rapidement par des transports publics au centre ville actuel ;
  • un projet “Kyoto compatible”. Pour Ecolo, ce projet doit présenter les plus hautes qualités environnementales, et plus particulièrement sur le plan énergétique. Il apparaît en effet que le secteur tertiaire voit ses émissions de CO2 augmenter sensiblement au travers de projets comme celui-ci alors que la prise en compte dès la conception des principes d’économie d’énergie et de production d’énergies renouvelables peut avoir un impact considérable sur la consommation énergétique du projet. Ce projet pourrait être une vitrine du savoir-faire wallon en autonomie énergétique et production d’énergie renouvelable ;
  • enfin, la ville doit lutter contre la spéculation immobilière, notamment celle qui gangrène scandaleusement le quartier des remparts en plein centre ville lui aussi et qui prive les Carolos de très nombreux logements.
  • En conclusion, tous les efforts doivent aller vers une ville plus attractive pour tous, avec de nouveaux habitants, de nouveaux lieux de convivialité, de nouveaux commerces complémentaires, de nouveaux services et de nouveaux étudiants. Et Charleroi a tout à gagner à ce que ce projet présente les plus hautes qualités environnementales et d’autonomie énergétique.

Ce ne sera possible que si ce projet est porté par un nombre très important de citoyens et d’acteurs de Charleroi.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite