Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sœur Anne et le skate park

  • Manu Simon, conseiller communal.

Ce mercredi 16 mars, trois policiers ont interpellé dix jeunes qui faisaient du skate board sur l’espace vallonné près du ministère des finances au pied des sculptures de Martin Guyaux.
Neuf d’entre eux n’avaient pas 18 ans. Il leur a été demandé de ne plus remettre leur planche à cet endroit, sinon eux ou leurs parents devraient rembourser les pierres bleues qui seraient bientôt à remplacer. Cette démarche est-elle bien judicieuse quand on connaît la solidité des pierres bleues choisies et surtout tant qu’aucun skate park n’est aménagé ailleurs ? Pourquoi Charleroi veut-elle se singulariser, alors qu’à Liège ou Bruxelles le skate est autorisé ou toléré ?
Les Finances à Charleroi sont devenues emblématiques pour ces jeunes, tout comme le Mont des Arts à deux pas de la gare centrale à Bruxelles…

Puis-je vous rappeler modestement mes démarches antérieures ?
Le 23 octobre 2002 déjà, je demandais la création des deux skates parks à Charleroi. Un couvert et un à l’air libre. Réponse de l’Echevin Despiegeleer : il faut attendre une législation européenne. Philippe Mac Kay titrait dans la Nouvelle Gazette : Charleroi à tout sketter.

Je reviens à la charge, un an plus tard, le 25 septembre 2003, avec une question intitulée : “Pistes de skate en attente”. Réponse du même échevin : un endroit est à l’étude sous le ring à Couillet. Contact est pris avec le conseiller local : Paul Ficheroulle.
Encore treize mois plus tard, le 28 octobre 2004, je repose une question écrite. Objet : “Skate parks en rade”, skate parks au pluriel. Réponse : contact a été pris avec l’association “Asphalte”. La Maison des Jeunes de Couillet se propose comme gestionnaire de cet espace. Le financement figurera dans le projet de budget extraordinaire de 2005.

Insatisfait de la réponse, je réinterviens le mois suivant, fin novembre 2004. Je parle du premier skate park et de son petit frère à naître en centre ville. Réponse, on attend l’autorisation du MET pour Couillet et aucun autre choix n’est envisagé pour l’instant.

Pour faire avancer ce dossier, je demande le 23 décembre 2004 où en est la demande de permis d’urbanisme pour Couillet pour ne pas retarder la première implantation extra ringos. Réponse : la ville vient d’obtenir l’accord du ministre Daerden qui a le MET dans ses attributions. Mais la demande de permis ne sera demandée que courant 2005, quand le budget sera approuvé. Pourquoi attendre autant et puis se plaindre éventuellement des lenteurs administratives chez les autres ? Pour ces jeunes que j’ai consultés, la réponse est nette : les politiciens ils promettent, mais ils font rien… Je pense que ce n’est pas très bon pour notre démocratie !
Sans plus tergiverser et suite aux interventions policières toutes récentes, je vous propose de mettre à l’étude une autre implantation en centre ville, par exemple du côté du Lucky Luke ou quelque part entre le parc Reine Astrid et l’Institut National du Verre et le faire savoir.
En deuxième choix, dans le parc entre l’hôpital Notre-Dame et l’arrière du sporting, mais c’est un peu moins central, vous en conviendrez.
Tant qu’à anticiper, on pourrait réfléchir pour 2007 à un troisième espace sur l’esplanade devant la gare du sud, à réaliser pendant l’aménagement de la boucle du métro.

Gouverner, n’est-ce pas prévoir ? Je vous remercie.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite