Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Suite à l'interpellation d'Etienne Knoops

Actions injustifiées et illégales de la Ville de Charleroi en matière d’environnement - réponse de Jacques Coupez à l’interpellation d’Etienne Knoops

Voici des éléments que le MR et M. Knoops n’ont jamais pris en compte dans le dossier PAGE conteneur pour l’implantation du centre de tri à Roux-Monceau et pour lesquels ils sont restés étrangement muets.

Bizarre !

Les exemples :

  • A aucun moment, dans les dossiers, il n’est fait référence au fait que Page s’installerait de manière contiguë aux terrils du Martinet, site classé par la CRMS en 96. Silence MR !
  • Sur l’une des pages on signale qu’il n’y a pas d’habitations à moins de 500 m, sur une autre page, c’est à moins de 200… alors qu’en réalité des habitations sont directement voisines du site, dont certaines enclavées ! Silence MR !
  • En ce qui concerne le bruit, le dossier Page stipule que l’on ne pourra mesurer l’impact sur le voisinage que lorsque l’entreprise sera en exploitation. Et comble, il y est même dit que les bruits supplémentaires -charroi, broyeurs, grues, bulldozers…- “vont se fondre dans le bruit ambiant”. Invraisemblable pour chacun de nous, mais… Silence MR !
  • Il y est dit aussi que la société pourrait se raccorder au réseau SNCB et au Canal Charleroi/Bruxellles, ce qui est impossible.
  • Le dossier affirme que le site convoité par Page ne va pas enclaver les terrils classés entre le centre de tri et le CET de Monceau… alors que dans les faits ça l’est.
  • M. Knoops, vieux lion de la politique carolo connaît les lieux, mais… Silence MR !
  • La société dit avoir eu des contacts avec le Met pour placer un îlot sur la rue de Roux afin de faciliter la circulation. Aujourd’hui, on exploite et il n’y a rien. Silence MR !
  • La société dit avoir un projet de convention avec la division Nature et Forêts de la DGRNE, pour la gestion de la zone humide sur le site qu’elle exploite. Aujourd’hui, il n’y a rien. Silence MR !
  • Dans le but de pouvoir s’installer, la société invoque l’absence de projets touristiques sur le site du Martinet alors que si elle avait interrogé l’Echevin du Tourisme ou ses services, elle aurait été informée que depuis décembre 2003, la Ville, le département du Tourisme et le Comité de quartier s’activaient à la préparation de la mise en place de “La Chaîne des Terrils” et présentaient un projet européen. Celui-ci fut retenu pour sa qualité. (14.050,00 € de subsides). Des conférences de presse ont également été tenues sur le sujet. Silence MR !
  • Plus tard, M. Knoops ne modifie pas son appréciation à l’égard de la société Page lorsqu’il lui est proposé des sites alternatifs sur le domaine du port autonome de Charleroi.

Contre vents et marées, il s’obstine à soutenir l’entreprise

  • malgré les avis défavorables émis par la Ville et la Députation permanente (où siège d’ailleurs aussi le MR) ;
  • malgré les conditions dans lesquelles ont été délivrés les permis (dates et passage d’un chef de cabinet adjoint du ministre signant les permis au sein du groupe de la société demanderesse.

Mais pourquoi donc une telle obstination ?

Et bien il faut en fait savoir que M. Knoops est l’administrateur délégué du “cluster des déchets solides”.

Le cluster est le regroupement d’une vingtaine de sociétés qui couvrent les métiers liés au secteur du déchet.

Parmi ces sociétés figure le groupe “Shanks” dont fait partie la société PAGE Conteneur qui s’est installée à Roux.

M. Knoops est donc payé pour servir les intérêts des candidats exploitants, entre autres…

Ce n’est donc pas à titre de simple Conseiller communal qu’il est intervenu dans ce dossier, ce soir encore, mais à titre de “Patron”, de “eprésentant des sociétés s’occupant des déchets”.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite