Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des balises plus claires pour BSCA !

Pratiques financières douteuses à Gosselies

  • Jean-Marie Depuits, Secréaire régional
  • Xavier Desgain, Secrétaire de la locale Écolo de Charleroi

Les révélations d’hier soir et de ce matin relatives à la façon dont la société Ryanair applique, dans le cadre de la sa Promocy, un savant mécanisme de privatisation des bénéfices et de socialisation des coûts de sa publicité, ne sont qu’un élément de plus illustrant la malgestion de ce dossier et l’incapacité des autorités publiques à placer des balises claires en vue du développement de BSCA. Pour Ecolo, le développement économique durable d’une région ne peut se faire dans l’opacité, par des pratiques à la limite de la légalité, à l’encontre des droits des travailleurs ou au détriment de la santé des riverains. C’est manifestement tout le contraire qui se passe à Gosselies. Il faut des balises plus claires pour le développement de BSCA !

Ecolo n’a jamais contesté l’intérêt du développement raisonnable et contrôlé d’un aéroport de jour pour passagers à Gosselies. Par contre, les Verts ne peuvent accepter que pour y parvenir, on considère que toutes les concessions sont bonnes à l’égard de Ryanair. Le fait que l’argent public serve à la publicité exclusive de la compagnie irlandaise (plutôt qu’à l’aéroport lui-même, comme prévu initialement), dans le cadre d’une société dont l’objet social est « le développement de Charleroi et de sa région par l’expansion de l’exploitation commerciale de l’aéroport », dont l’adresse est fictive et qui est devenue le paravent d’une autre société basée dans un paradis fiscal est particulièrement choquant. Tout aussi choquant que :

  • le grignotage progressif des périodes autorisées de décollage et d’atterrissage, permettant de plus en plus de vols de nuit ;
  • l’absence de mesures efficaces d’isolation acoustique pour les riverains concernés ;
  • la stricte limitation des droits sociaux de travailleurs de Ryanair, qui sont menacés de licenciement en cas d’affiliation syndicale et soumis au droit du travail irlandais, bien moins favorable que le nôtre ;
  • l’engagement pris par le Ministre Kubla d’indemniser Ryanair contre les augmentations des taxes d’atterrissage et passagers jusqu’en 2016, alors que la fixation de ces taxes ressort des compétences du Parlement ;
  • l’absence de véritable régulation européenne en matière de transport aérien, notamment vis-à-vis des compagnies low cost en matière de protection des consommateurs.

Tout cela confirme clairement que quand le pouvoir politique renonce à son rôle de régulation et accepte des contrats léonins, il ne respecte pas le mandat de représentation qui lui a été confié par les électeurs. Lors de la précédente législature, le Ministre wallon de l’Economie a couru à en perdre l’haleine après M. O’Leary, sous l’œil complice des responsables politiques socialistes carolos. On mesure aujourd’hui les risques et limites réels de tels choix politiques. On ne construira un avenir plus rose pour la Wallonie que dans un cadre légal strict et transparent et avec une vision à long terme sur les gisements d’emploi à exploiter.

Pour Ecolo, il faut à présent que la justice fasse rapidement la clarté sur la légalité du fonctionnement de Promocy s.a. depuis sa création. Une régulation plus forte est également nécessaire de la part des autorités wallonnes dans leurs relations avec des opérateurs privés étrangers. C’est en ce sens qu’ils interpelleront, par la voix du député Bernard Wesphael, le Ministre Antoine lors de la prochaine séance du parlement wallon.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite