Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une note salée pour les saleuses de la ville

  • Manu Simon, Conseiller communal

Monsieur le Bourgmestre, mesdames et messieurs les conseillers, monsieur Monseux, échevin des voiries.

La Nouvelle Gazette du 5 janvier nous montre quelques comparaisons de prix pour le salage des routes en période hivernale. Que ceux qui n’aiment pas les problèmes mathématiques de plomberie et de baignoires qui fuient veuillent bien s’accrocher…Au programme, ce soir : salage et calculette.
Ce quotidien écrit : A Châtelet, depuis l’offensive de novembre, 150 tonnes de sel ont été répandues sur les 350 km de voirie, à raison de 1960 € par 30 tonnes de sel. Soit 261 € pour un camion de 4 tonnes, hors main d’œuvre. Pour une juste comparaison entre communes, 4 tonnes seront notre étalon.
L’échevin précise : A Charleroi, 700 km de voirie sont desservis par 11 camions de 4 tonnes effectuant ensemble 35 sorties de 20 km. La seule différence, mais elle est énorme : nous lisons que le coût de sortie par véhicule est de 12.500 €. Si on multiplie cette somme par 35, on obtient une dépense communale de 437.500 € main d’œuvre comprise, pour un passage partout. Aux conditions de Châtelet, pour le même travail, on aurait payé 9.135 € hors main d’œuvre.
Est-ce à dire que les ouvriers de Charleroi sont très bien rémunérés ???
Nous n’allons tout de même pas suspecter qu’en matière de salage, certains se sucreraient au passage. Faudra-t-il demander un audit sur le salage de nos voiries, surtout quand le même article de presse nous apprend que la commune d’Ham-sur-Heure - Nalinnes dépense plus ou moins 25.000 € pour un hiver normal et pour une voirie relativement étendue aussi ? Au tarif de Charleroi, leur budget annuel serait épuisé après deux camions de 4 tonnes rentrés vides…
Ces informations n’ont été à ce jour ni rectifiées par le journal, ni contestées par l’échevinat des voiries de Charleroi.

Mais soyons bon prince. Imaginons quand même qu’on ait pu confondre les 12.500 € non pas pour la sortie d’un camion, mais pour les 35 sorties d’un passage global. Dans ce cas, nous aurions dû pouvoir lire 357 € au lieu de 12.500 € pour un camion de 4 tonnes avec sa main d’œuvre, soit un personnel payé 96 € par 20 km, soit une moyenne de 305 € par personne et par action de salage. C’est très bien rémunéré, si Charleroi achète son chlorure de sodium au même prix que Châtelet.

Mais là, le même quotidien de Charleroi, dans un nouvel article du 14 janvier, nous informe qu’à Charleroi, on ne paie pas comme à Châtelet 261 € pour 4 tonnes, mais environ 188 € (si les infos écrites sont exactes).
Dans ce cas, ce serait pire encore, car à Charleroi on paierait non pas 96 €, mais bien 169 €, pour le personnel épandant sur 20 km, soit une moyenne de 525 €, c à d 21.178 ex francs belges par chauffeur et par action de salage. Même si c’est la nuit et le dimanche, ce serait fort bien rémunéré.
Peut- être d’autres éléments viennent-ils grever cette dépense, par exemple l’amortissement du matériel ? Mais alors où cela figure-t-il dans le budget annuel ?

Pourrions-nous être éclairés sur ce coût très élevé pour nos finances communales ?
Je vous remercie d’avoir bien voulu élucider cette énigme que je vous ai transmise ce lundi.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Trafics de drogue et risques de corruption, comment sommes-nous protégés ?

Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les trafics de drogue et leurs nuisances fassent...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rénovation du Boulevard Mayence... Et l’information Bordel !

Monsieur l’Echevin, Des panneaux nouvellement plantés annoncent la rénovation du Boulevard Mayence...

Lire la suite