Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

ICDI et Foyer marcinellois - Des propositions pour repartir sur des bases saines

  • Xavier Desgain, Secrétaire de la locale Écolo de Charleroi
  • Manu Simon, Conseiller communal

Introduction

La locale écolo de Charleroi tient à faire le point sur les dernières révélations concernant la gestion de l’ICDI et du foyer marcinellois. Nous tenons à apporter quelques éléments de témoignage complémentaires en lien avec notre action dans l’opposition et l’exercice de notre pouvoir de contrôle qui montrent qu’au delà d’une personne, c’est le mode de fonctionnement du PS de Charleroi qui permet des dérives inacceptables.

Suite à l’affaire de la carolorégienne, le PS s’était engagé à remettre de l’ordre dans les affaires publiques à Charleroi. Si les révélations faites hier sur les ondes de la RTBF se vérifient, il faudra bien constater que le parti socialiste de Charleroi n’arrivera pas seul à cette nécessaire remise en ordre et qu’il faut trouver une formule plus forte et plus efficace. C’est en effet derrière cela le fonctionnement des institutions démocratiques qui est mis en cause. Si nous attendons que l’échevin concerné en tire les conclusions, et si un audit sur la gestion de l’ICDI nous paraît nécessaire, nous tenons à faire une proposition forte, annoncée par Jean Marc Nollet ce matin et que nous tenons à préciser quelque peu. Ce n’est qu’après cela qu’il sera possible de répondre sereinement aux préoccupations essentielles des carolos, comme la sécurité, l’emploi, le logement, l’environnement et le coût de l’énergie.

Concernant l’ICDI

Les écologistes connaissent depuis longtemps le mode de fonctionnement de l’ICDI. Ils l’ont dénoncé régulièrement, tant au conseil d’administration que dans les conseils communaux. Lorsque nos administrateurs interviennent pour demander des éclaircissements, des précisions sur un projet du président, des budgets précis sur certaines actions de l’intercommunales, ils sont bien isolés. Leurs demandes ne sont jamais soutenues par les autres administrateurs socialistes qui pourraient pourtant soutenir nos demandes de transparence mais qui ne le font pas. Ainsi, il a fallu des années pour obtenir les résultats des premières analyses d’émissions de dioxines de l’incinérateur, et des mois pour voir un peu clair dans l’incinération de déchets d’hôpitaux à Pont de Loup. Par ailleurs, lors des contacts avec la fédération du PS de Charleroi pour déterminer la composition des conseils d’administration des intercommunales, la désignation de nos deux spécialistes des déchets (il faut l’être pour siéger à l’ICDI car Cariat connaît très bien cette matière) nous a été refusée par Cariat sous prétexte que les quotas d’administrateurs de communes de nos spécialistes étaient atteints. En fait, il ne voulait pas voir arriver dans son conseil d’administration de personnes trop gênantes. Le PS de Charleroi a confirmé la fin de non recevoir de nos candidats qui n’ont finalement jamais pu siéger à l’ICDI. Ce n’est donc pas qu’un seul homme qui est ici mis en cause, mais bien un système qui manifestement continue à fonctionner.

Enfin, la locale écolo de Charleroi est choquée de voir qu’une partie des budgets consacrés aux déchets servirait à soutenir le club “action 21”. C’est ainsi une partie de la redevance communale sur les déchets, que nous avons refusée, serait ainsi en partie détournée pour soutenir le sport d’élite de Charleroi. Nous n’avons rien contre le sport d’élite, mais ce n’est pas avec l’argent prévu pour la gestion des déchets qu’il faut le financer. C’est inacceptable.

Concernant le foyer marcinellois

C’est manifestement un lieu de décision duquel nous sommes exclus. Nous avons tenté à plusieurs reprises d’y avoir un administrateur ou un commissaire du gouvernement, mais dans toutes les discussions, le PS s’y est toujours fermement opposé. Impossible donc pour nous d’y exercer notre pouvoir de contrôle. Une fois encore, ce n’est pas un homme seul qui nous empêché d’accéder à ce lieu de décision.

Il y a encore d’autres choses qui ne vont pas.

Ainsi, la façon dont les deniers publics sont utilisés par certains élus et futurs candidats PS pour faire leur publicité personnelle est aussi inacceptable. Nous pensons par exemple à la publicité pour le Carolo Music Rallye, ou à la semaine de l’enfance en avril dernier. Manifestement, là aussi, les leçons de la carolorégienne n’ont pas non plus été tirées.

Notre proposition

Afin de ramener de la sérénité dans la gestion de la ville, et de permettre à la future majorité qui sera désignée en octobre prochain de démarrer sur des bases saines , nous proposons

  • que Lucien Cariat démissionne de ses mandats publics
  • que le Collège actuel ne gère plus que les affaires courantes
  • qu’un commissaire spécial soit chargé de présider les réunions du Collége ouvert aux chefs de file de l’opposition démocratique afin de mener à bonne fin tous les audits nécessaires pour clarifier la gestion de la ville et de ses satellites (asbl, intercommunales).
  • qu’un rapport mensuel soit présenté au Conseil communal, pour indiquer ce qui fonctionne bien, ce qui fonctionne mal et ce qui doit être amélioré.
  • que, complémentairement, et dans la logique de la gestion des affaires courantes, les délégations de compétences du Conseil au Collège soient supprimées.

Ce que nous proposons doit permettre de remettre les institutions communales en bon ordre de marche pour la prochaine mandature et de se consacrer ainsi aux principales préoccupations des habitants de Charleroi.

C’est évidemment une proposition que nous soumettons. D’autres pistes sont sans doute possibles. Ce qui importe pour nous, c’est que la prochaine majorité communale puisse partir sur des bases saines, que le travail urgent d’audit généralisé soit mené sous la houlette d’une personne extérieure à la ville, en lien avec le collège et les chefs de file des partis démocratiques de l’opposition au conseil communal. Nous pensons qu’il y va de l’intérêt général des institutions démocratiques de Charleroi.

Conclusion

Dans ce contexte, écolo invite les électeurs qui souhaitent que cela change à Charleroi à porter leurs votes sur des partis démocratiques et des personnes qui prônent une plus saine gestion de la chose publique et qui insistent depuis longtemps pour que des règles plus démocratiques comme la suppression des cumuls de mandats soient mises en place. Dans ce contexte, écolo constitue un refuge démocratique pour les électeurs qui ont une grande sensibilité sociale et qui se sentent de gauche.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite