Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Position du collège communal sur le tracé et les travaux du métro de Charleroi

  • Xavier Desgain, Conseiller communal

Monsieur le Bourgmestre,

Après plus de deux ans de procédures administratives et d’étapes d’information de la population, et plusieurs mois après la clôture des enquêtes publiques sur les projets de tracés du métro, les commerçants de Charleroi, le collectif carolo citoyen d’autres personnes, dont des membres de l’actuelle Commission Consultative d’Aménagement du territoire, réagissent actuellement aux projets de redéploiement du métro de Charleroi par des trams en surface, tant pour terminer la boucle centrale que pour réaliser l’antenne de Gosselies et enfin assurer une terminaison plus fonctionnelle à l’antenne de Gilly. Ces réactions certes tardives, résultent pourtant d’une réflexion de fond murie depuis pas mal de temps et qui ne semble pas avoir eu la possibilité de s’exprimer et de déboucher sur un réel débat de fond sur les questions qu’ils soulèvent. Je pense que ces réactions qui apparaissent tardives sont d’abord le résultat du refus de la majorité sortante de mener une très large enquête publique sur le plan de mobilité de la ville de Charleroi. Faute de ce débat sur de grandes options de fond en matière de mobilité à Charleroi, il est évident que les voies alternatives se font entendre dans d’autres occasions, chaque fois qu’un projet important avance et prend petit à petit réalité.

Pour ma part, je suis toujours intéressé à entendre les remarques apportées par la population sur des projets comme celui du métro, simplement parce que ceux qui s’expriment peuvent avoir un autre éclairage que le notre et qu’ils peuvent enrichir le projet, pour autant qu’il ne soit pas fondamentalement remis en cause.

Les écologistes sont convaincus que les infrastructures lourdes de ce que nous avons tous appelé le métro de Charleroi doivent aujourd’hui être complétées par une boucle et de nouvelles antennes de tram urbain en site propre, comme on les connaît à Grenoble, Valenciennes ou Strasbourg, limitant au maximum les infrastructures lourdes, irrigant toute la zone urbaine et permettant notamment de redynamiser le centre ville. Dans ce contexte, ceux qui proposent que l’on achète de nouveaux trams, plus beaux, à caisse surbaissée, sans gros butoir à l’avant, plus facilement accessibles aux personnes à mobilité réduite ont raison. Nous pensons qu’il faut prévoir les infrastructures dans ce sens. De même, la proposition de faire des quais plus bas et de les placer de façon latérale plutôt que centrale par rapport aux voies pour que les bus puissent aussi utiliser les mêmes sites propres du tram nous paraît une excellente idée. C’est aussi dans cet esprit que nous proposons que la ligne vers Gosselies soit directement adaptée pour ces nouveaux trams et que l’on envisage tout de suite de prolonger cette ligne de Charleroi vers le Bultia à Gerpinnes. Nous aurions ainsi une colonne vertébrale reliant le sud et le nord de la ville par une ligne moderne attractive et desérvant le centre de Charleroi, et une ligne, plus ancienne, reliant l’est et l’ouest de l’agglomération.

Nous pensons qu’il faut aussi être très attentif aux remarques des commerçants du centre ville qui craignent que les quais ne deviennent de petites autoroutes urabines comme les quais liégeois, mettant en péril l’accessibilité et la vitalité de la ville basse. Leur réflexion doit à notre avis être prise en considération. Est-il bien nécessaire de faire deux trémies le long de la Sambre, si c’est juste pour éviter de couper la circulation pendant trois secondes vingt fois par heure en deux endroits différents ? Est-ce vraiment nécessaire pour faire ce beau tram dont nous rêvons tous ? N’avons nous pas mieux à faire avec le budget de 100 millions d’euros pour développer le tram ? La suppression de ces deux trémies ne permettrait-elle pas de compléter les infrastructures, notamment pour amener rapidement le tram en site propre sur la nationale 5 jusque couillet queue ?

A part la prolongation du tram vers Couillet queue, toutes les options que nous défendons aujourd’hui n’imposent pas de reprendre les procédures administratives et d’enquêtes publiques à zéro, puisqu’elles ne touchent qu’aux aménagements des infrastructures et pas au tracé lui même et qu’elles apportent ainsi des réponses aux observations faites durant les enquêtes publiques.

Par contre, retravailler sur l’option Boulevard Tirou nous amène alors dans des délais beaucoup plus longs parce qu’il faut alors recommencer la procédure depuis le début. (Dans ce cas, le tracé qui nous paraît le plus raisonnable serait de faire traverser le tram sur le pont Oloff Palm, puis de lui faire rejoindre le boulevard Tirou entre l’immeuble des finances et celui du TEC. Cela permet à frais limité, de garder le système d’exploitation en boucle et d’irriguer le cœur de la ville basse par un tram super moderne).

Etant donné que plusieurs membres du collège se sont exprimés en sens divers et de façon parfois imprécise sur ce dossier, étant donné l’importance pour notre ville d’être dotée d’un réseau moderne de transport public permettant une irrigation parfaite de toute l’agglomération et du centre de la ville, je souhaite entendre votre position sur ce dossier. Quelles sont les remarques essentielles qui ont été émises durant l’enquête publique sur les tronçons de Gosselies et de la boucle centrale, comment les auteurs de projets en ont-ils tenus compte, la ville elle-même est elle intervenue pour faire valoir certaines demandes jugées légitimes par des personnes qui se sont exprimées durant l’enquête publique ? Des demandes précises ont-elles été formulées par la ville à propos du calendrier de réalisation des travaux, afin de limiter au maximum les inconvénients liés au travaux, tant pour les usagers que pour les entreprises et les commerces concernés ? A propos de la ville basse, dans certains craignent son dépérissement à cause des travaux, Monsieur le bourgmestre peut-il me faire savoir si des mesures sont prévues pour tenter d’y faire face au mieux ?


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite