Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Modification budgétaire n°1

  • Xavier Desgain, Conseiller communal
Budget - © www.sxc.hu

La modification budgétaire n°1 n’apporte à priori rien d’exceptionnel. Elle comprend de nombreux ajustements techniques, surtout dans le budget ordinaire, et elle intègre le résultat du compte 2007, dont le mali de 5 millions d’euros du service ordinaire. Nous ne pouvons que constater que les dépenses des exercices antérieurs pèsent de quelques six millions d’euros dans cette modification, ce qui est beaucoup. On peut évidemment comprendre votre difficulté à maîtriser certaines dépenses de l’exercice 2007 tant votre attention a été distraite par d’autres évènements, mais il faut éviter que cette situation se reproduise. A l’exercice propre, la modification est de peu d’importance, puisqu’elle ne concerne que 0,07% du budget ordinaire total. On y détecte toutefois plusieurs évolutions qui doivent retenir votre attention. IL en va ainsi des augmentations importantes de l’exercice antérieur pour les factures énergétiques d’électricité, de gaz, mais aussi pour Econoler dont il faudrait quand même remettre en cause certaines conventions passées, conventions par trop favorables à cette société, au détriment de notre ville. Etes-vous sûr que vos prévisions pour le budget 2008 tiendront bien compte de l’évolution des coûts de l’énergie.

Pour l’exercice ordinaire 2008, nous nous étonnons de voir les dépenses pour les assurances accidents du travail augmenter de plus de 30%. Il y a là un travail de prévention à mener pour réduire les risques et ainsi réduire à l’avenir le montant de ces primes. Nous espérions par ailleurs une augmentation du budget justice police, mais manifestement, celle-ci n’est pas au rendez-vous, alors que nous savons tous que les besoins sont criants et que les services manquent de tout. Nous déplorons par ailleurs l’augmentation du budget du service propreté, augmentation rendue nécessaire pour faire appel à des entreprises extérieures pour pallier à la non disponibilité du matériel roulant. Votre extrême lenteur de réaction dans l’entretien et la remise en état du charroi de ce service a donc un coût pour notre ville : + 73 000 euros, ce n’est pas négligeable. C’est la moitié du prix d’achat d’une balayeuse, perdu au profit des entreprises privées au cause de votre incapacité à gérer efficacement le suivi et l’entretien du charroi de ce service. Cela vous oblige aussi à rogner dans les budgets de sensibilisation à la propreté, alors que c’est une de vos grandes priorités. C’est tout à fait regrettable.

C’est certainement au niveau du budget extraordinaire que les mouvements sont les plus importants et les plus inquiétants. Les modifications apportées aux projets que vous avez défendus avec conviction lors du budget 2008 au mois de février dernier sont si nombreuses que l’on peut se demander si votre ligne politique est bien claire et cohérente. Savez-vous vraiment ce que vous voulez ou vous laissez vous guider par les évènements ? Nous penchons plutôt pour la seconde solution. En effet, les modifications que vous apportez touchent presque un tiers du budget extraordinaire de 2008 ! C’est dire si les changements sont nombreux et importants, même vingt mois après le lancement de votre majorité !

Et pire encore, le montant des dépenses extraordinaires diminue de 2,42% à l’exercice propre, soit une diminution de 1,677 millions d’euros. Cette diminution est tout à fait surprenante et incompréhensible, surtout quand on la compare aux besoins d’investissements qui sont de plus en plus criants dans tous les secteurs, que ce soit pour les chauffages dans les écoles, pour l’isolation dans les bâtiments communaux, pour l’amélioration de l’égouttage et son adaptation aux évolutions du climat (il y a manifestement du pain sur la planche), pour adapter les voiries au trafic plus lent et les rendre plus conviviales, pour les travaux de sécurisation des piétons ou encore pour que les services de propreté ou de la police disposent enfin du matériel roulant dont ils ont besoin. Nous pensions que la réforme du fond des communes, que les relais que vous avez recherché en constituant une majorité aussi large que la vôtre porteraient leurs fruits et que vous viendriez devant nous avec une modification budgétaire permettant une hausse massive des investissements. Vous nous aviez aussi annoncé lors du budget 2008 que, vu notre faible endettement, la ville pourrait investir plus à l’avenir. Mais il n’en est rien, malgré tous les discours d’optimisme que nous avons pu lire de votre part dans la presse régionale à l’occasion du premier anniversaire de la version 2 de votre équipe collégiale. Dans la discussion du budget 2008, lorsque nous avons dénoncé le sous investissement important dans tous ces secteurs, vous nous avez répondu que la modification budgétaire apporterait tous les compléments nécessaires. Nous sommes donc très surpris et très préoccupés de voir que ce n’est pas le cas. Notre ville sous investit et n’a manifestement pas la capacité de monter elle-même plus de projets d’investissements. Cela a des conséquences graves sur les services qui doivent être rendu à la population, et cette modification budgétaire ne fait qu’aggraver cette situation ! Ces chiffres et cette analyse contredisent tous les discours d’optimisme que vous avez prononcé ces derniers jours. Je vais maintenant illustrer clairement cette situation en me référant aux chiffres de cette modification budgétaire.

Le plus inquiétant, c’est la suppression de très nombreux investissements de rénovation énergétique dans les écoles. A croire que vous avez trouvé un gisement de pétrole ou de gaz gratuit dans notre sous-sol. C’est ainsi que les projets de rénovation énergétique suivants sont reportés : école de Charleroi nord (-60 000), école du roton à Charleroi (-225 000), école du phénix à Dampremy (-232 000), école du centre à Roux (-500 000), école des tilleuls à Monceau-Sur-Sambre (-190 850), école Fromont à Gosselies (-600 000), école des trieux à Montignies-Sur-Sambre (-125 000), école du Gros Fayt à Lodelinsart (-220 000), école du centre garçons à Monceau-sur-Sambre (-150 000), report de la rénovation énergétique du CEFA de Jumet (-270 000) parce qu’il faut d’abord remettre le bâtiment en état, école des Hamendes à Jumet (-100 000), report du remplacement du système de chaufferie à l’école du centre à Roux (-35 000), isolation des toitures du CECS de Couillet (-300 000), renouvellement des boiseries extérieures de l’académie de musique de Couillet (-75 000), tout cela alors que l’on subit de plein fouet l’augmentation du coût de l’énergie et que les investissements de rénovation énergétique, presque toujours rentables, auraient un impact immédiat sur le budget puisque le coût du remboursement des emprunts pour financer ces rénovations est inférieur à ce que rapportent les économies d’énergie que ces investissements permettent. Tout cela alors que les budgets prévus pour les fournitures énergétiques de 2007 ont encore augmenté et entraînent un report des dépenses de 2007 de plus de 206 000 euros, rien que pour l’électricité et le gaz !

Voilà aussi des chiffres qui contredisent les déclarations d’autocongratulation de notre échevine de l’enseignement, annonçant des investissements publics importants dans les écoles de la ville. Pour nous, seuls les chiffres des budgets votés comptent, seuls ces chiffres disent la vérité, et les chiffres sont bel et bien à la baisse avec cette modification budgétaire. Verba volant, scripta manent. Et que disent les écritures : diminution de 2 726 000 euros dans l’enseignement primaire, diminution de 1 210 000 euros dans l’enseignement secondaire, artistique et technique, diminution de 180 000 euros dans l’enseignement pour handicapés. Seul le budget pour l’enseignement supérieur passe de zéro à 190 000 euros. Bilan total pour l’enseignement à l’extraordinaire : -3 926 833 euros, soit rien de moins qu’une baisse des investissements de plus de 47% par rapport au budget initial 2008 de 8 199 131 euros !

Les investissements dans le sport sont aussi marquants. Si nous nous réjouissons de la modification budgétaire qui permettra la rénovation en profondeur de la piscine de l’Hélios dont nous avons voté le cahier des charges le mois dernier, nous déplorons qu’en contrepartie, vous reportez l’aménagement du terrain de foot à la rue Saint Jacques à Mont-Sur-Marchienne, la construction de vestiaires au stade Bardet à Gosselies, l’étanchéisation du sol des vestiaires du stade Jonet, la construction de vestiaires au stade du sentier de l’épée à Jumet, la mise en conformité des installations du stade des Fiestaux à Couillet, l’aménagement de la piscine de Gilly et l’équipement d’une zone multisports au parc Astrid à Charleroi. De nouveau, beaucoup d’abandons ou de reports de projets. C’est particulièrement préoccupant !

Notre groupe se réjouit quand même de l’inscription dans cette modification d’un crédit pour acheter une balayeuse. Encore faut-il que vous soyez enfin capable de mettre le matériel existant en état de fonctionner et de rendre à tous les travailleurs de ce service le moral et les moyens indispensables dont ils ont besoin pour faire leur travail. Comme écologistes, nous ne pouvons que déplorer qu’après 20 mois de mandature et d’exercices de vos responsabilités, vous soyez encore incapable de le faire. C’est révoltant. Nous en avons marre. C’était une de vos trois priorités annoncées, mais vous échouez totalement. La ville n’a jamais été aussi sale, crasseuse. Et les carolos en sont de plus en plus mécontents. Nous sommes gênés d’accueillir des amis, et de vivre dans une ville comme ça. Cette situation donne à notre ville une image détestable et désastreuse. Franchement, en vingt mois, il y avait quand même moyen de faire quelque chose, de vous remuer, de prendre le taureau par les cornes, mais manifestement, ce n’est pas fait et cela n’a même plus l’air de vous émouvoir. Nous pensons que des mesures d’urgence s’imposent pour remédier à cette situation. Nous attendons depuis des mois que l’échevin Sonnet vienne devant ce conseil avec un dossier de marché public, avec de nouvelles mesures concrètes, mais nous sommes comme tous les carolos, et comme sœur Anne, nous ne voyons rien venir.

Enfin, nous ne pouvons que regretter le report d’aménagements de voiries et de carrefours pour la sécurité (-440 000) pourtant bien nécessaires pour améliorer la sécurité de nos habitants, ainsi que le report de la restauration de la bibliothèque de Gosselies et la très forte réduction des budgets pour la future hypothétique crèche pourtant annoncée à grand renfort de publicité dans l’ancien centre de tri postal de Charleroi. De même, le report de l’embellissement des abords du CET du champ de Beaumont et la mise à zéro des subsides pour la prise en gestion de logements par l’AIS sont tout à fait regrettables.

Ce budget confirme par ailleurs que vous recentrez vos interventions sur le centre ville, avec le soutien de projets parfois coûteux en regard de leur intérêt, au détriment de la qualité du cadre de vie dans tous les autres quartiers de la ville. Pour en terminer sur l’extraordinaire, deux questions précises : en quoi consiste le report de dépenses de 250 000 euros suite à la mise en suspens du projet d’extension de ville 2, projet qui à notre connaissance est purement privé, et quel est exactement la localisation, la surface et la situation au plan de secteur de la parcelle de terrain enclavée sur le site du Centre Social de Délassement à Marcinelle que vous prévoyez de racheter pour plus de 130 000 euros ?

Cette modification budgétaire montre aussi que les quelques règles de bonne gouvernance que vous vous êtes imposés dans la gestion de la ville retardent et freinent la mise en place de nombreux projets et actions pourtant importantes. Vous devez donc, soit simplifier un peu certaines procédures, soit affecter des moyens humains plus importants qu’actuellement au sein de l’administration pour pouvoir porter plus de projets, pour monter des projets de meilleure qualité, pour pouvoir les monter plus rapidement, pour pouvoir payer les débiteurs plus vite et pour pouvoir porter ces projets jusqu’au bout sans dérapages. Dans ce contexte, la formation du personnel et la gestion des ressources humaines devraient beaucoup plus retenir votre attention. Nous ne pouvons que déplorer que les moyens consacrés à la formation restent pelliculaires.

Pour conclure, le groupe écolo considère que cette modification budgétaire est donc bien à l’image de votre politique : elle ne répond pas aux attentes légitimes de la population pour une bonne sécurité, pour un bon cadre de vie, pour une bonne qualité de vie et pour des emplois durables pour tous. Une fois de plus, le développement durable est le parent pauvre de ce budget.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite