Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Projet du Gouvernement pour l'aéroport de Gosselies

  • Xavier Desgain, Conseiller communal

Monsieur le Bourgmestre,

Il y a dix jours, le Ministre Antoine annonçait un accord du gouvernement wallon pour porter la capacité de l’aéroport de Gosselies à 15 millions de passagers par an. Cet accord s’accompagnera bien évidemment de l’allongement de la piste pour accueillir les vols intercontinentaux et de la poursuite de l’augmentation du nombre de vols de nuits.

Cette prise de position du gouvernement wallon pose de nombreuses questions qui concernent directement la population de notre ville, tant en matière de sécurité que de qualité du cadre de vie. On constate en effet que tous les nouveaux aéroports de cette capacité se construisent beaucoup plus à l’écart des villes qu’à Gosselies, afin de limiter au maximum les impacts négatifs sur les populations riveraines, ce qui est tout à fait compréhensible. Dans ce contexte, la décision du gouvernement wallon est plutôt surprenante et préoccupante, tout d’abord pour la sécurité des riverains. En effet, l’augmentation du nombre de mouvements, liée à une exploitation plus intensive de l’unique piste de l’aéroport va inévitablement augmenter les risques d’accidents et d’incidents aériens qui pourraient avoir des conséquences désastreuses vu la forte densité de population à proximité de l’aéroport.

Par ailleurs, l’augmentation spectaculaire du nombre de vols d’avions, l’annonce d’accueil de vols intercontinentaux et l’extension des heures d’ouverture de l’aéroport nécessaire pour porter sa capacité à 15 millions de passagers vont augmenter très sensiblement les nuisances sonores, entraînant automatiquement une forte extension de toutes les zones du plan d’exposition au bruit. Dans ce contexte, la zone A, jugée inhabitable, pourrait au moins s’étendre, côté canal, jusqu’à la place de Jumet Heigne, et la zone D jusque Fontaine l’Evêque, entraînant une augmentation faramineuse du coût des mesures d’accompagnement et un inconfort manifeste pour un très grand nombre de citoyens carolorégiens. Cette capacité énorme aurait par ailleurs un impact considérable sur les émissions de gaz à effet de serre de notre ville, estimée à une augmentation d’au moins 50% des émissions estimées actuellement sur tour le territoire de la ville !

Il y a enfin un risque majeur à revendiquer les budgets publics nécessaires à cette extension car cela nous priverait inévitablement de moyens pour mener les autres priorités politiques carolorégiennes en matière d’aménagement du territoire et de développement économique, budgets notamment réclamés par notre intercommunale de développement économique.

J’aimerai donc connaître la position du collège sur ce projet. Jugez-vous la localisation de ce projet compatible avec vos exigences en matière de sécurité et de qualité de vie ? Si oui, comment entendez-vous faire respecter le droit des riverains à un environnement sain et sûr ? Jugez-vous ce projet prioritaire pour le développement de la région et ne craignez vous pas de perdre des budgets publics nécessaires pour réaliser les autres priorités carolorégiennes en matière d’aménagement du territoire et de développement économique.

Vous remerciant d’avance de la réponse, je vous prie d’accepter, Monsieur le Bourgmestre, mes meilleures salutations.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite