Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La période de très grand gel, quelques constats

  • Anne Cattiez, Conseillère communale

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins,

Le plan hivernal 2008-2009 a mis en place de nouvelles structures pour aider les personnes démunies et particulièrement les personnes sans abri à trouver un refuge pour se protéger du froid tant en journée que la nuit. Et on ne peut que se féliciter de toutes ces avancées qui ont permis aux personnes de la rue de trouver refuge : l’ouverture de la rue Dourlet qui fonctionne bien, l’accueil réorganisé des personnes SDF pour la nuit, l’augmentation de la durée du plan hivernal qui se prolongera jusqu’au 15 avril, notamment.

La période de très grand froid que nous avons connue cette année a encore plus révélé l’augmentation de la très grande précarité à Charleroi. Les chauffoirs et accueils de soirée n’ont pas désempli ; le Restaurant du Cœur sature ; il a fallu quasi doubler la capacité des lits dans les abris de nuit pour répondre à la saturation et atteindre le seuil des quelque 50 lits pour accueillir une population tapie dans l’ombre et que le grand froid a fait sortir.

Cette situation de grand gel a dévoilé à quel point la précarité reste préoccupante à Charleroi. Le rapport du CPAS le démontre avec 10% de bénéficiaires en plus. Les indicateurs sont dans le rouge, la croissance des exclusions sur Charleroi est galopante. Près de 14% de la population carolo a eu recours à une aide sociale ou financière.

Durant cette période, j’ai circulé dans certains lieux et j’en tire quelques constats :

1. Un premier constat : Vous l’avez dit avec justesse Monsieur Dallons « Pendant les températures glaciales de cet hiver, il ne peut y avoir personne dehors la nuit tant que nous subissons de telles températures, même les sans papiers » : pour répondre à cette situation, le nombre de lits a été augmenté à Dourlet, la période d’ouverture des chauffoirs a été allongée…. Mais durant cette période, un nombre plus important de sans papiers se sont aussi pressés aux portes des abris de nuit. En prenant le temps de les écouter, ces personnes venues du bout du monde pour trouver chez nous confort et survie nous ont dit la dure réalité de la rue, à la merci, eux aussi, des vendeurs de stup et des vols, le manque de respect dont ils sont victimes, leur immense détresse et solitude loin de leur famille, leur demande de reprendre une formation afin d’éviter le désœuvrement qui les guette.
Que vont- devenir ces personnes après les grands gels ? Pourront-elles continuer à bénéficier des abris de nuit comme actuellement ? La vie de ces personnes sans papier n’est certes pas moindre que celle d’un Belge et il est parfois regrettable d’entendre le discours stigmatisant les accusant de prendre les places des autres personnes sdf.
Nous sommes bien conscients que la question des sans papiers dépasse bien évidemment la seule commune de Charleroi, mais n’y a-t-il pas lieu à nouveau d’interpeller les partis au niveau fédéral pour qu’ils prennent au sérieux ce problème qui ne va aller qu’en s’empirant ? Ne faut-il pas interpeller les autres grandes villes afin qu’elles pratiquent également comme à Charleroi une politique d’accueil de cette population et éviter les engorgements sur Charleroi ?

2. Deuxième constat : Il y aura l’après plan hivernal et beaucoup d’éducateurs s’interrogent. On ne peut qu’applaudir à la prolongation de 15 jours de la rue Dourlet surtout et de l’accueil de soirée, mais après ?
Que sont devenus les lits en surnombre que l’on a rajoutés à la rue Dourlet, durant le grand gel ?
Un sans abri restera un sans abri après la période des grands gels, après le 15 avril, avec sa solitude, sa difficulté à gérer sa vie, qu’il fasse moins 5° ou plus 5°, quelle différence ? Charleroi ne bénéficie pas d’une très grande offre de lits, malgré les efforts consentis que nous reconnaissons tous, en comparaison à d’autres grandes villes telles Liège ou Bruxelles. Dès lors, faut-il fermer Dourlet dès le 15 avril ?
Y a-t-il une raison de supprimer les lits supplétifs de la rue Dourlet ?

3. Il reste également le problème des locaux des chauffoirs de la ville, sur le site de la rue du Fort qui accueillent notamment l’accueil de soirée : ces locaux sont délabrés et peu dignes de recevoir des personnes humaines, même précarisées. Dans son rapport annuel que nous avons voté au Conseil communal du 1er septembre, le coordonnateur signalait déjà la vétusté et l’étroitesse de ces locaux pour accueillir une population de plus en plus nombreuse, locaux propices à des situations de violence. La période hivernale que nous venons de subir n’a fait que mettre en exergue ces problèmes. Ce rapport insistait sur la nécessité de locaux plus appropriés. Quelle réponse a été donnée au coordonnateur, responsable du rapport d’évaluation ? Des décisions ont-elles été prises afin d’améliorer cet endroit ?

4. Je terminerai cette interpellation en demandant où en est le dossier du Restaurant du Cœur, dossier que nous avons présenté lors du Conseil communal du mois de novembre, le problème des locaux notamment ainsi que de l’engagement du personnel étant resté en suspens.

Nous nous imaginons qu’une première évaluation de cette période particulière que nous venons de traverser a été effectuée.

Je vous en remercie de votre attention.


Webmaster Webmaster ·  28 janvier 2009, 13:56

Après avoir rappelé le travail extraordinaire réalisé par les équipes sociales, qui ont mis les bouchées doubles pour répondre aux besoins (cpas, Carolo rue, Croix-Rouge,…) Bernard Dallons rappela l’amélioration du dispositif qui, en ce qui concerne sa durée par rapport aux années précédentes, a été rallongé d’un mois (fin 15 avril). Quant aux locaux de la rue Dourlet, l’échevin de l’Action sociale a rappelé qu’un projet d’aménagement est sur la table pour en faire un pôle social pluridisciplinaire. Enfin, plus précisément en ce qui a trait à la problématique des sans abri, l’édile a précisé qu’elle faisait partie de ses priorités, pareillement à celle des sans papiers au sujet desquels “Je ne manquerai pas d’interpeller qui de droit”.

Source : site officiel de la Ville de Charleroi

aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite