Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La mendicité réglementée

Les mendiants seront désormais hors la loi sur le pont.
L’opposition Ecolo dénonce une « hypocrisie ».

  • Auteur : Isabelle Saussez
  • Source : Le Soir

La répression permettra-t-elle de régler le problème de mendicité dans le centre-ville carolo ? Certains conseillers communaux en doutent, comme l’ont prouvé les débats qui se sont tenus ce lundi soir au conseil communal.

Les membres de l’assemblée législative étaient en effet invités à se prononcer sur l’abrogation du règlement de police de 2005 relatif à la mendicité et la prise d’une nouvelle ordonnance de police. Les nouvelles dispositions prévoient l’interdiction de « mancher » sur les ponts, « pour des raisons de sécurité et de commodité de passage ». L’ordonnance remplace par ailleurs, pour les contrevenants, les amendes administratives (fixées à 60 euros minimum) par des peines de simple police. Le texte, adopté, vise en particulier le pont Roi Baudouin, qui assure la liaison entre la gare du sud et la place Buisset. Quelques mendiants ont investi cet ouvrage d’art pour y pratiquer leur quête quotidienne de charité.

Jean-Jacques Viseur se défend de vouloir vider la ville basse des mendiants à l’heure où les grands projets commerciaux et de rénovation urbaine se mettent en œuvre. « Nous répondons à la demande du parquet », a précisé le bourgmestre CDH.

L’opposition Ecolo, par la voix de la conseillère Anne Cattiez, a dénoncé « l’hypocrisie » de la majorité. « Quelle contradiction avec votre dite politique d’intégration des personnes les plus fragilisées. Mais y a-t-il politique ? », s’est-elle interrogée avant de réclamer une réelle pratique de la participation avec les acteurs de terrain, associations, les maisons de quartier et toutes les personnes concernées.

La conseillère CDH Fabienne Manandise ne dit pas autre chose en proposant la création d’une brigade d’accompagnement composée de policiers et de travailleurs sociaux. Cette équipe serait chargée d’aller à la rencontre de ces mancheurs. « Avec comme objectif de pouvoir mieux connaître la réalité de terrain et, ainsi, mieux adapter les politiques. On ne peut pas réprimander si on n’accompagne pas. Ce type de brigade existe à Bruxelles, à Liège et dans de nombreuses villes françaises. » Sa proposition n’a pas été débattue par l’assemblée.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite