Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Écolo dans le viseur du PS

Sans surprise, mais avec un score démocratique, la liste a été approuvée

Pas de grosse surprise, hier soir, au congrès fédéral du PS. Il s’agissait d’approuver le programme mais aussi (et surtout, dira-t-on) la liste laborieusement mise au point par les Sages du parti. Elle a été approuvée à près de 70 % par les 325 congressistes réunis au CEME de Dampremy, assez loin donc, de scores staliniens qu’on a parfois connus par le passé.

Pour le reste , c’est le consensus qui a joué. Jean-Claude Van Cauwenberghe a dit tout le bien qu’il pensait du programme proposé, émettant des réserves sur le chapitre institutionnel, trop court, a-t-il dit, et aussi indigent sur certains points dans le même temps où il était frileux sur d’autres.

Au passage, on aura aussi noté la petite flèche destinée à ceux qui feraient bien, une fois élus, de siéger là où on les a envoyés : sans avoir été cités, sans doute Paul Magnette et Ingrid Colicis se seront-ils sentis visés. Roland Marchal, lui, aura été l’aiguillon de service : il a regretté le manque de démocratie de l’élaboration de la liste, pas assez représentative de la couronne carolo, selon lui.

En fin de soirée , et après le vote d’une série d’amendements, c’est Paul Magnette consacré en tête de liste, qui a entonné le refrain de la victoire espérée. Il s’en est pris à Écolo, ces “innocents aux dents blanches restés au balcon”, eux qui ne sont “ni de droite ni de gauche, que du contraire”. Cela, avant de réclamer respect et ambition pour la Wallonie, parce que la politique du mépris a assez duré. Il a ironisé sur la Wallonie des libéraux, “sur papier glacé, avec ses banlieues transformées en pages de magazine”.

Pour Paul Magnette, le PS est l’incarnation de la solidarité au quotidien, cette même Wallonie qui “se porte plutôt mieux que la Flandre et Bruxelles”. À quatre-vingts jours du scrutin, il a espéré les quatre élus de 2004, avant de demander qu’on renoue avec un socialisme de conquête. Après quoi, dans la tradition du genre et rose au poing, les candidats ont entonné avec la salle une lutte finale pesant son poids d’espoirs…


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite