Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Réunion conjointe du Conseil Communal de Charleroi et du Conseil de l’Action Sociale

  • Luc Parmentier, Chef de groupe au Conseil communal

Monsieur le Bourgmestre,

Lors de cette commission de travail commune qui a plutôt ressemblé à un monologue du Secrétaire du CPAS. Il m’a semblé que les rangs de votre majorité XXL n’étaient pas très soudés : Un Secrétaire d’Etat, un Conseiller Communal et un Vice—président du CPAS qui prennent leur clique et leur claque avant de s’en aller.

Vu du balcon, cela fait mauvais genre.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille au CPAS. Six mois après l’épisode de l’Audi A6, voici l’épisode du Printemps de Prague !

Francis de Croisset ne disait-il pas : « L’expérience ne nous empêche jamais de faire une bêtise, seulement elle nous empêche de la faire gaiement. »

Il apparaîtrait que Monsieur le Président du CPAS ait oublié de désigner le Membre du Conseil de l’Action sociale qui peut assumer ses fonctions.

La Loi organique sur les CPAS est claire : « En cas d’empêchement du président, ses fonctions sont assumées par le membre du Conseil qu’il désigne. La désignation se fait obligatoirement par écrit et ce, afin d’éviter toute contestation. »

A défaut d’une telle désignation, le Conseil désigne un remplaçant parmi ses membres et, en attendant cette désignation, les fonctions de président sont exercées, s’il y a lieu, par le conseiller ayant la plus grande ancienneté en tant que conseiller de l’Action sociale.

Monsieur le Président du CPAS et le Collège Communal, son autorité de tutelle pourraient-ils nous signaler les dégâts collatéraux de cette non-délégation de pouvoir du Président du CPAS ?

Les « clients » du CPAS, les plus précarisés d’entre nous ont du se sentir encore plus oubliés pendant que leur Président faisait son Printemps de Prague !

Le Conseil de l’Action sociale arrête, dans son règlement d’ordre intérieur, des règles de déontologie et d’éthique qui consacrent, notamment le refus d’accepter un mandat qui ne pourrait être assumé pleinement.

Nous sommes manifestement dans ce cas de figure !

Monsieur le Président pourrait-il nous faire part du modus operandi qu’il compte mettre en place afin que ces problèmes ne deviennent récurrents. Personne n’est à l’abri d’un empêchement soudain et il est plus que temps que dans ce cas de figure la continuité de l’action sociale ne soit pas entravée.

Je crois que dans l’action sociale, la rapidité de l’intervention est importante.

Bernard Shaw disait d’ailleurs « Ce ne sont pas les heures qui sont précieuses, ce sont les minutes »

D’avance je vous remercie de vos explications


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite