Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'or vert au Pays noir

Le site du Martinet, à Roux, s’apprête à subir un fameux lifting. L’ancien site minier accueillera six projets inscrits dans le cadre du développement durable.

Il est considéré comme l’un des dossiers emblématiques du changement d’image de Charleroi. C’est en tout cas en ces termes que l’échevin de l’Aménagement du territoire, Éric Massin, décrit l’ambitieux chantier de réaménagement de l’ancien site minier et des terrils du Martinet, à Roux.

C’est sur cette vaste plaine où s’étendait l’ancien centre triage lavoir (TLC) et les bâtiments de la fosse n° 4 qu’on projette de mettre en place six projets d’envergure dans la droite ligne du développement durable. Au total avec la superficie des terrils, ce sont 53 hectares qui seront réhabilités dans des délais très courts. « L’auteur de projet sera désigné en octobre 2009 au plus tard, explique Éric Massin. Et les travaux devront être clôturés pour la fin 2010 puisque ce projet entre dans le cadre du plan Marshall. » Une enveloppe de 4 millions € a été accordée à la Ville de Charleroi pour piloter la réhabilitation du site.

Étudiants en architecture

Pour les membres très actifs du comité de quartier du Martinet, la concrétisation de leur projet est une savoureuse victoire. Depuis 1976, ces riverains veillent à la préservation du site et l’ont protégé comme un patrimoine naturel. De retour sur les traces de son passé, Jacques Liber ne cache pas sa satisfaction : « Je suis né dans ce quartier où j’ai commencé à travailler à l’âge de 14 ans. Je triais le charbon à l’époque. Ici, c’est la route qu’empruntaient les camions pour transporter le charbon », explique ce riverain.

De cet ancien site industriel où 1 200 travailleurs furent jadis employés, il ne reste aujourd’hui qu’une vaste étendue libre de tout enfrichement spontané. Cette reconquête de la nature a donné lieu à de nouvelles potentialités. « Ces espaces ont pu être identifiés comme sensibles au niveau de leur biodiversité et présenter des ambiances paysagères remarquables », rapporte Martine Piret, responsable du projet de réhabilitation à la Ville de Charleroi.

De là, il était clair pour le comité de riverains que ce lieu devait s’inscrire dans le cadre du développement durable. « On a mené plusieurs initiatives sur ce site pour finalement se tourner vers les étudiants de l’Institut d’architecture de Mons, explique Jacques Coupez, l’un des fondateurs du comité. Durant l’année scolaire 2007-2008, on leur a fait découvrir le site afin qu’ils puissent proposer des projets. Parmi les onze présentés, on en a retenu cinq. » Un sixième projet est ensuite venu s’ajouter : il s’agit de l’éco-rénovation. Pour le ministre fédéral du Développement durable, Paul Magnette, en visite à Roux : « Ce projet permet la reconversion d’un site industriel au-delà du simple lieu de mémoire. Il comprend aussi des espaces de promenade, des lieux de vie et surtout une dimension citoyenne. »


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite