Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

«Consolider les racines et déployer les ailes»

Il a quatre ans, la régionale écolo de Charleroi a rendu publique son étude intitulée « des racines et des ailes ». Nous réadaptons nos propositions parce que le contexte socio-économique a fortement évolué.

  • Xavier Desgain, Tête de liste Ecolo à Charleroi
  • Isabelle Meerhaeghe, 2ème sur la liste Ecolo à Charleroi
  • Jean-Marc Nollet, Député fédéral Ecolo

Introduction

Il a quatre ans, la régionale écolo de Charleroi a rendu publique son étude intitulée « des racines et des ailes », mettant en évidence les activités économiques à consolider dans le bassin industriel, et proposant, en concertation avec des acteurs économiques locaux, de nouvelles pistes pour élargir le développement économique de l’arrondissement de Charleroi à des secteurs d’avenir. Ces pistes ont été présentées au sein du conseil économique et social de la région de Charleroi. Quelques propositions ont été intégrées dans les fiches du projet de plan d’action régional pour la communauté de communes de Charleroi-Thuin-sud Hainaut présenté par IGRETEC devant le gouvernement wallon en juin 2005 (plateforme R&D en énergies renouvelables, pôle économique de valorisation de la biomasse, Charleroi, centre wallon du recyclage et de la maintenance). Ces fiches n’ont toutefois pas été retenues par le gouvernement wallon, mais d’autres idées ont cependant cheminé comme les propositions de campus universitaire et de pôle de l’environnement par exemple.

Nous avions aussi proposé des alternatives au projet de zone d’activité économique de Viesville afin de dégager des espaces plus proches des noyaux d’habitat pour y accueillir de nouvelles entreprises. La plupart des propositions que nous avons formulées à l’époque ont été reprises soit par IGRETEC, soit par la région wallonne. Même si elles ne sont pas encore concrètement réalisées, elles ont presque toutes fait l’objet d’une décision de principe et sont engagées à des stades d’avancement variables, dans les procédures administratives de mise en oeuvre. La dernière en date est la proposition d’écopôle sur Farciennes, Aiseau et Tamines, soumise récemment à enquête publique préalable.

La crise financière et économique internationale sans précédent que nous traversons bouscule bien évidemment tous les projets en cours. Tous les secteurs économiques carolorégiens sont frappés de plein fouet et toutes les familles de l’arrondissement sont d’une façon ou d’une autre touchées. Il nous paraît donc indispensable de remettre notre travail sur le métier, de dégager des propositions pour consolider les racines et pour renforcer les ailes, afin que notre bassin de vie soit le mieux préparé possible à la sortie de crise. Il est toutefois bien évident que ni IGRETEC ni la région wallonne ne détiennent toutes les clés pour sortir de cette crise internationale de grande ampleur surtout dans le cadre d’une économie ouverte comme celle de la Wallonie, mais tant l’intercommunale que la région et la communauté française doivent activer leurs outils pour que les activités économiques du bassin de vie carolorégien et de la région du centre soient les mieux orientées possibles pour tirer tout le profit possible de la sortie de crise, en espérant que celle-ci vienne assez vite.

Nous réadaptons donc nos propositions parce que le contexte socio-économique a fortement évolué et sera sans doute encore appelé à se renouveler dans le futur. Pour les écologistes, il est donc tout à fait indispensable

  • de tout mettre en œuvre pour consolider les compétences humaines, techniques et technologiques des travailleurs pour renforcer la réputation d’excellence de notre région
  • d’engager nos entreprises vers la créativité et l’innovation, deux vertus totalement indispensables dans des périodes comme celles que nous vivons
  • de remettre également à jour nos propositions alternatives de localisation des activités économiques dans le bassin de vie carolorégien, notamment dans le but de renouveler l’image de notre région, tant pour ses habitants eux-mêmes que pour les entreprises et les visiteurs. La crise doit nous inciter à accélérer ce changement fondamental. L’objectif est de réhabiliter et revaloriser une part importante de friches industrielles et de terrains particulièrement mal utilisés pour l’instant et de les mettre à disposition des entreprises.

Les commentaires sont fermés



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite