Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pas de "caisses noires" aux centres récréatifs

La récente agression d’une fonctionnaire communale par des truands qui s’étaient emparés de cagnottes de plaines de jeux à Charleroi, avait amené à parler d’une nouvelle affaire de “caisse noire”.

Source : La Libre Belgique

Le conseil communal a abordé lundi la question, et le bourgmestre Jean Viseur (cdH) a voulu recadrer le problème. Plusieurs conseillers ont interpellé à propos de ce fait-divers, et des questions plus politiques qu’il avait suscitées: ainsi de Luc Parmentier (Ecolo), et d’Alain Lelubre (PS), rejoints ensuite par Olivier Chastel (MR). S’ils ont tous trois espéré que le traumatisme subi par la victime ne lui laisse pas de séquelles trop importantes, ils se sont aussi interrogés sur la présence de ces “cagnottes” dans un bâtiment communal.

Jean-Jacques Viseur a réagi en niant qu’il s’agisse de “caisse noire”. Il y a caisse noire, a-t-il expliqué lorsque de l’argent résultant d’une mission de l’autorité ou d’une action organisée par l’autorité publique échappe à la comptabilité communale. Or, dans le cas présent, a-t-il indiqué, il s’agissait de cagnottes résultant d’activités philanthropiques menées dans des plaines de jeux à l’initiative de notables, de bénévoles et/ou de parents d’enfants. Ces petites sommes sont consommées durant l’année en cours ou l’année suivante, pour des enfants fréquentant les plaines, pour des séances de cinéma, des excursions ou les besoins immédiats de certains enfants, comme des vêtements ou des chaussures.

Le bourgmestre n’a cependant pas nié que cela soulevait des points délicats: ces activités ont lieu dans des bâtiments publics, et on peut se poser la question de la transparence des flux financiers, si légers soient-ils; l’utilisation de ces fonds est laissée à l’initiative des responsables qui ne disposent pas toujours d’une comptabilité, même sommaire; enfin, cette manipulation comporte des risques, comme celui d’une agression.

Le bourgmestre a donc déclaré soutenir l’initiative de l’échevine de l’Enseignement, souhaitant que l’ensemble des sommes provenant de ces activités soient rassemblées comme en un “coffre de nuit”. Il a dit regretter qu’au départ d’un fait-divers, l’image de Charleroi se soit une fois encore trouvée ternie par l’emploi de termes inadéquats comme celui de “caisse noire”. Pour lui, la démarche aussitôt entreprise par l’échevine pour aller informer le parquet était bien ce qu’il convenait de faire, et à quoi la Ville s’est engagée auprès des autorités judiciaires.

Il a terminé en rappelant la nécessité de respecter la loi et les règles, soulignant que “cette ville a connu beaucoup trop de malheurs parce que ces règles n’ont pas été strictement respectées”. Mais il a insisté aussi sur la nécessité de maintenir, par le biais de cagnottes, un indispensable lien social au sein des activités de ces plaines de jeux. Un document va être très prochainement établi, en accord avec le receveur communal, afin de permettre, sans lourdeur excessive, de mieux déterminer la manière de détenir et d’utiliser ces différentes sommes, sans nuire à leur but philanthropique, a-t-il conclu.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite