Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L’année BD à Charleroi

Marsupilami au rond-point Jules Hiernaux à Charleroi

La culture est l’une des dimensions majeures de la vie commune : elle permet appartenance, reconnaissance et liberté.

Elle est faite de langues, de savoirs, de connaissances, d’une histoire, d’un patrimoine d’œuvres, d’outils, de techniques, de découvertes, d’une multitude de signes matériels et immatériels.

Elle est faite d’artistes, de créateurs et créatrices, d’institutions, de lieux qui doivent pouvoir vivre, travailler, se développer dans des conditions appropriées et équitables, avec un statut, des droits sociaux et fiscaux adéquats.

Plus on connaît, possède, maîtrise les éléments de cette culture, plus on se sent en sécurité, actif, valorisé dans la société.

Travailler sans cesse à ce que chaque personne ait les meilleures chances de participer à la culture est une des exigences essentielles de la solidarité.

Aujourd’hui, l’offre culturelle touche un public trop restreint. Ce sont en effet souvent les mêmes groupes sociaux qui vont au théâtre, à l’opéra, au musée, au concert… alors que d’autres n’y trouvent pas leur place.

Pour cela, il faut surmonter les barrières que sont l’accessibilité – sociale, générationnelle ou financière - parfois limitée de la culture ou la difficulté de financer les démarches culturelles.

La culture a un coût mais elle produit également de la richesse. De la richesse relationnelle et intellectuelle, mais aussi strictement économique. Les activités dans les domaines culturels sont aussi des ressources en termes d’emploi, d’atout touristique, de devises, d’impôts, de développement industriel, de formation, d’image des pouvoirs publics régulateurs et investisseurs.

Sans les métiers de la culture, pas de « Wallonie qui gagne », pas de « il se passe toujours quelque chose à Charleroi » !

Berceau et Pays de la Bande Dessinée, Charleroi est une terre de culture ; elle a vu éclore de nombreux talents de dessinateurs de BD sous la houlette de sa célèbre école de Marcinelle (nommée ainsi en l’honneur de la commune où les éditions Dupuis sont établies). Celle-ci a fait les beaux jours de ces éditions et du journal « Spirou » des années ‘50 aux années ‘80. Elle se composait de célèbres auteurs populaires comme Franquin, Jijé, Peyo, Morris, Roba, Tillieux, Macherot, Will et Cie… dont les plus grands succès: le Marsupilami, Spirou et Fantasio, Lucky Luke et Boule et Bill, les Dalton ornent les ronds- points ou les stations de métro de notre ville.

L’année de la BD à Charleroi est l’occasion de découvrir ou redécouvrir la richesse du patrimoine bédéphile carolo dans différents lieux culturels des plus classiques : le Musée des Beaux-Arts, la librairie Molère,la Maison du Hainaut,le Théâtre Poche,le Château de Monceau, la Maison du Tourisme, la Bibliothèque Marguerite Yourcenar au Château de Cartier à Marchienne, le Ciné “Le Parc”, Cinépointcom, aux plus tendances : le Rockerill situé dans les anciennes forges de la Providence à Marchienne, la galerie Cerami à Couillet, etc.

Texte publié dans Charleroi Magazine, numéro de mai 2009


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

Un quartier difficile en plein centre-ville

Depuis plus de vingt ans, la Ville-Haute est pointée du doigt. De la rue Turenne en passant par la...

Lire la suite

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

En route vers la COP21 à Paris!

Charleroi doit se fixer des objectifs plus ambitieux dans la réduction des émissions de gaz à effet...

Lire la suite