Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

«Et si les pingouins remplaçaient les coqs…»

A travers les conversations que nous avons eues sur le terrain lors de cette campagne mouvementée, il apparaît très clairement que l’environnement et plus globalement l’avenir de notre planète et de ses habitants est bel et bien une question majeure pour la population.

  • Isabelle Meerhaeghe, 2ème effective sur la liste Ecolo à Charleroi
  • Christophe Clersy, 1er suppléant sur la liste Ecolo à Charleroi
Pingouin sur le boulevard Tirou

Il est temps de passer dans le Vert !

Nous tenions à en parler sans penser que ce ne serait la première des préoccupations des citoyens en ces temps difficiles ! Et pourtant, à travers les conversations que nous avons eues sur le terrain lors de cette campagne mouvementée, il apparaît très clairement que l’environnement et plus globalement l’avenir de notre planète et de ses habitants est bel et bien une question majeure pour la population.

Les enjeux climatiques sont en effet apparus au grand jour, en 2007, grâce à la sortie de l’ombre des rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et en parallèle le film d’Al Gore a largement conscientisé la population.

La transition écologique est devenue incontournable : elle est l’occasion de « construire ensemble un avenir pour tous, en assurant à chacun davantage de qualité de vie, de respect de l’environnement, d’opportunités économiques durables et de justice sociale »[1]

De plus, une étude toute récente (menée par Télémoustique et publiée ce mercredi 27 mai) nous conforte dans l’idée qu’au-delà des priorités à usage immédiat, la construction d’un avenir durable est au coeur des priorités des citoyens. 1600 personnes ont ainsi répondu à cette enquête dans un contexte de campagne de bac à sable. Même si les résultats n’ont pas une véritable valeur scientifique, ils nous donnent malgré tout une tendance (confirmée par différents sondages) : il est temps de passer dans le Vert !

Tout le monde le dit…

Quelques chiffres sortis de l’enquête de Télémoustique en Wallonie :

Enseignement : 76,3% des participants considèrent que c’est la toute première priorité.

Dans le peloton de tête, se suivent de près 3 préoccupations environnementales au sens large :

  • Lier économie et développement durable : 72%
  • Agir en matière de politique énergétique : 71,2%
  • Améliorer l’offre des transports en commun : 69,8%

Les enjeux climatiques sont apparus au grand jour.

Le « vert » n’est plus un centre d’intérêt secondaire !

L’économie verte n’est plus considérée comme une utopie mais bien comme une nécessité, une solution à la crise de l’emploi.

De l’énergie !

Devenue la nouvelle question sociale, la question énergétique retient une bonne part de l’attention avec comme défi très concret à relever dès aujourd’hui : l’isolation des bâtiments. Le chantier est immense et peut créer des dizaines de milliers d’emplois lorsque l’on sait que chez nous, 1 toiture sur 2 est isolée et 1 maison sur 5 possède du double vitrage. La fédération de la construction le prévoit elle-même : l’isolation de 200.000 logements par an créera 20.000 emplois nouveaux ! Un plan ambitieux de rénovation énergétique et écologique des logements et des bâtiments dans l’arrondissement de Charleroi est indispensable à la fois pour la planète et pour le portefeuille de chacun.

De la mobilité !

La mobilité fait partie de notre vie au quotidien.

Exemple. Le projet de dédoublement de la N5 du gouvernement PS-CDH ne transpire d’aucune philosophie de favoriser ce mode de transport. Notre projet quant à lui se couple avec la création d’une ligne de tram ou de trolley en site propre de Charleroi jusque Bertansart sur la N5 et en y installant des parkings de persuasion. Cette ligne de transport en commun s’intégrerait dans un contexte de mobilité général et pourrait relier le musée de la photo à Mont-sur-Marchienne en passant par le bord de la gare, le boulevard Tirou et successivement par Couillet et le Bultia pour se terminer à Bertransart. Dans ce cas de figure, nous proposons aussi d’élargir la zone tarifaire de Charleroi jusqu’à Bertansart.

Cette accessibilité retrouvée vers le centre-ville pourrait permettre aussi un certain délestage des routes locales utilisées par des personnes issues de la périphérie qui viennent actuellement prendre le train en gare de Charleroi étant donné que les dessertes locales par exemple de Ham-sur-Heure, ne leur proposent pas des horaires confortables et corrects.

L’alternative leur permettrait d’arriver rapidement à la gare, sans embouteillages en laissant leur voiture sur un parking de persuasion.

Il est donc grand temps de changer de priorité pour la mobilité au sud de Charleroi.

  1. d’inverser la priorité dans tous les investissements et les crédits de fonctionnement pour favoriser les transports en commun et les transports marchandises par la voie d’eau et par le rail.
  2. de doubler l’offre de transports publics (TEC et SNCB) dans l’agglomération de Charleroi d’ici à 2015. IL faut donc augmenter sensiblement les investissements et débloquer la dotation de la région wallonne pour le TEC Charleroi (Actuellement, celle-ci est simplement indexée ce qui ne permet pas de créer de nouvelles lignes et d’augmenter les fréquences)
  3. Ecolo propose de doubler le trafic marchandises sur la plateforme multimodale et d’augmenter fortement la fréquentation de la voie d’eau, en procédant d’urgence au dragage des tronçons envasés

Conclusion

Reynders-Di Rupo : 30 minutes de combat de coqs et pas une pour les pingouins !

Ces éléments, nous désirerions les remettre au devant de la scène parce qu’ils symbolisent des combats importants pour notre population et son avenir. Dans cette campagne, il fut difficile pour les deux « modestes » candidats que nous sommes de nous faire entendre sur le fond. Les matchs Di Rupo-Reynders ont envahi les écrans et le dernier, qui a tout de même duré 30 longues minutes, a consacré le combat des Coqs… et pas une au combat des Pingouins et de l’environnement.

A travers la pose symbolique de pingouins en glace en quelques lieux de Charleroi cette semaine, nous avons voulu remettre le fond au centre de notre campagne en sensibilisant nos concitoyens au problème du réchauffement climatique et de l’avenir de notre monde.

Le dernier pingouin, nous l’avons symboliquement placé sur le rond-point des Coqs au bout du Boulevard Tirou pour que l’écologie prenne le pas sur les anathèmes et les coups bas… prenne le pas sur les combats des Coqs.

Pingouin, Isabelle Meerhaeghe et Christophe Clercy


[1] Extrait de « Merci pour vos enfants ! Réussir la transition écologique » Ed. Luc Pire, 2007.

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite