Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La victoire, en toute modestie

Les Verts carolorégiens n’ont pas eu la victoire très démonstrative, hier soir, malgré des scores qui flirtent avec les succès historiques de 1999.

Trois tonnelles dressées sur le trottoir, une pompe à bière dans le garage attenant au n°5 de la rue Lebeau, le local carolorégien du parti écologiste ; dans le couloir d’entrée, un buffet de crudités et, dans la cour de derrière, un barbecue crépitant. Mais à part ça, difficile de ressentir, en ce dimanche soir, le sentiment de victoire chez les Ecolos de Charleroi.

Isabelle Meerhaeghe, 2e effective et, donc, élue potentielle au Parlement wallon, livre son analyse : « Nous sommes par nature plus calmes. Le discours de Jean-Michel Javaux, ce soir, a aussi appelé à la victoire humble. Tout au long de la campagne, nous sommes restés sereins face aux sondages même si ceux-ci nous créditaient de pourcentages importants » .

Quels que soient les chiffres finaux qui devaient encore tomber dans le courant de la nuit, les Ecolos ne sont pas loin d’être la deuxième force politique du Pays de Charleroi et, en tout cas, reprennent du poil de la bête sur la totalité de la Province du Hainaut, passant d’aucun siège en 2004 à cinq élus, si pas six, quasiment assurés. Xavier Desgain, tête de liste sur Charleroi, ne quitte pas cette modestie assumée qui apparaîtrait presque comme une ligne de parti : « Je reste uniquement partant pour une majorité dans laquelle les Ecolos seraient en nombre nécessaire. Nos dix priorités ont toujours été claires et c’est sur elles que nous négocierons notre participation au gouvernement » .

Le cas échéant, le chef de file carolo se veut expressément évasif : « Je reste partagé entre l’idée d’assumer un portefeuille environnemental ou un portefeuille social » .

À 21 heures 30, quelques verres vides se brisent au sol. « C’est du verre blanc, cinq ans de bonheur ! », s’écrie un militant juste avant la prise de parole officielle de Xavier Desgain. Ce dernier ne manquera pas de féliciter Christophe Clersy (premier candidat suppléant) et Jonathan Voet, chevilles ouvrières de la campagne Ecolo à travers la province du Hainaut.

« Même si nos trois parlementaires lors de cette dernière législature ne ressortaient pas de Charleroi, ils ont abattu un travail fou. Jean-Marc Nollet a été omniprésent au Fédéral et Xavier n’a plus rien à prouver dans son travail de parlementaire. C’est aussi tout cela qui a permis ce succès historique », analyse Christophe Clersy.

La fête a donc pu battre son plein, émaillée d’incidents différents mais pas forcément contradictoires. À 22 heures 15, la pompe à bière est cassée. rapidement, les militants s’organisent pour relayer les bacs de pils. Dix minutes plus tard, à 45 bureaux dépouillés sur 62, de nouveaux applaudissements retentissent à la rue Lebeau : Ecolo serait bel et bien le deuxième parti sur Charleroi, devant le MR.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite