Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Travaux reportés : les Verts inquiets

Le conseil communal renonce à une série de travaux urgents. Dans les bâtiments publics mais surtout les écoles. Les Verts se disent inquiets.

La première modification budgétaire de 2009, qui n’a pas été approuvée par Écolo, seule force d’opposition démocratique, confirme les résultats du compte communal 2008 : Charleroi éprouve d’énormes difficultés à concrétiser ses marchés publics.

Ce n’est pas forcément une question de disponibilité de moyens. L’échevin socialiste de tutelle l’a confirmé à Luc Parmentier qui lui demandait des explications sur les nombreuses déprogrammations de travaux : « C’est une question d’urgence, dit Paul Ficheroulle. Nos services travaillent en permanence le nez sur le guidon. Alors, ça coince. On rate certains marchés. » Motifs : des appels d’offres restent sans réponse. Il y a aussi des recours et des impondérables. Ficheroulle indique que sur 51 marchés traités en 2009, un tiers le sont en urgence. C’est au-delà de la norme. Il nuance : « La Ville a quand même investi l’an dernier bien au-delà de la moyenne wallonne, avec 250 € par habitant par an, contre 100. » Il n’en reste pas moins que les chiffres alarment l’opposition : le budget de 2009 avait été vendu et revendu. On l’avait adopté pour les « remèdes » qu’il apportait à une longue période d’anémie en termes d’investissement. « Les bâtiments scolaires avaient été les plus exposés à ce mal, déplore Luc Parmentier. Les exercices 2004, 2005 et 2006 avaient affiché un taux d’investissements en dessous de la moyenne, au point d’appauvrir le patrimoine communal. En première ligne : les écoles. » Luc Parmentier déplore le sacrifice dont elles font à nouveau l’objet. Une dizaine d’entre elles sont exclues du programme. Jumet, Gosselies, Charleroi Nord, Gilly, Roux, Montignies-sur-Sambre, Mont-sur-Marchienne… Toutes les anciennes sections sont mises sur le même pied. Les coupes sombres se chiffrent par centaines de milliers d’euros. Le mandataire en dresse la liste : renouvellement de toiture, réparations d’étanchéité, remplacement de chauffage, rénovation de locaux, il faut faire son deuil d’une série d’exécutions pressantes dans les écoles.

Pas seulement les écoles

D’autres bâtiments devront également attendre : des maisons communales qui connaissent des problèmes d’infiltration d’eau et de toitures n’auront pas droit à leurs travaux. Et la Ville sucre aussi ce qui était attendu par l’enseignement artistique : à l’académie des Beaux-arts, au conservatoire de Charleroi, à l’académie de musique de Couillet et à l’académie Saint-Roch de Gosselies. L’ardoise est la plus lourde dans les infrastructures sportives qui voient reporter plus de 2 millions € de projets. Il y a encore des reports pour un million € dans d’autres domaines d’action.

Charleroi incapable de traduire en actions ses projets ? Écolo en est convaincu, même si des engagements comme l’augmentation de l’effectif de police, avec une incidence financière sur le budget de la Ville, se répercute sur le résultat. Il faut craindre que les choses ne s’arrangent pas dans les années qui viennent. Les perspectives financières ne sont pas brillantes. Aucune amélioration n’est attendue.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite