Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Accessibilité des espaces et bâtiments publics

  • Malika El Bourezgui, Conseillère communale

Récemment, l’Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées a réalisé un test d’accessibilité sur un parcours partant de la gare du Sud jusqu’au site Saint Charles, test qui a mis en évidence de nombreux obstacles à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

Nous devons constater que bien qu’il existe des réglementations urbanistiques pour favoriser l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, celles-ci sont appliquées trop souvent encore de façon minimaliste et la sensibilisation à l’accessibilité doit se poursuivre auprès des services de l’urbanisme, des architectes, des concepteurs de projet et des maîtres d’oeuvre.

Charleroi, capitale sociale, doit pouvoir être accessible à tous les citoyens qu’il s’agisse de personnes à mobilité réduite mais aussi de sourds, de mal ou non voyants, de seniors ou de jeunes enfants en landeau. Cette orientation est d’ailleurs recommandée par le plan d’action social européen en faveur des personnes handicapées et le plan de cohésion sociale.

Parmi l’ensemble de la population, les personnes à mobilité réduite représentent près de 30 %. Avec l’allongement de la durée de la vie, on comprend d’autant mieux l’étendue de la population touchée dans les années futures.

Dans le cadre d’une convention avec le Ministère des Affaires sociales, l’asbl GAMAH et le bureau d’études Plain-Pied, spécialisés en accessibilité et en cheminements piétons, ont mis au point en 2001 l’Indice Passe-Partout (IPP), une méthode permettant d’évaluer l’accessibilité des bâtiments

.

Après une période d’expérimentation de deux ans durant lesquels plusieurs centaines de bâtiments ont été évalués et de nombreuses observations collectées, l’Indice Passe-Partout a connu une évolution majeure, afin de devenir une méthode précise, complète et objective.

A titre informatif, la nouvelle gare de Namur qui est aujourd’hui un exemple d’accessibilité de haut niveau a été conçue en concertation avec des bureaux d’études spécialisés en la matière.

L’ambitieux projet Phenix à Charleroi va pouvoir être concrétisé grâce à des fonds européens et porte sur le réaménagement d’espaces publics et de voieries de la partie sud de la ville, des quais de Sambre à la place de la Digue ainsi que la rue de la Montagne et la place Albert Ier.

Il est plus judicieux de bien intégrer dès le départ la variable accessibilité dans ces projets en concertation avec des structures représentant les personnes à mobilité réduite plutôt que de devoir effectuer des réaménagements onéreux après coup.

Dans cette perspective, pouvez-vous me dire si vous avez consulté ou envisagez de consulter un bureau d’études spécialisé en accessibilité pour l’élaboration et la mise en œuvre du projet Phenix ainsi que de l’hôtel de Police et la boucle de métro ?

Ne pourrait-on pas envisager également des séances de sensibilisation à l’accessibilité afin que cette dimension soit véritablement intégrée dans les services de la ville directement concernés ?

Je vous remercie de votre attention.


Webmaster Webmaster ·  30 septembre 2009, 10:26

La Conseillère relaya une étude effectuée récemment par la RW qui met en avant “toute une série d’obstacles à Charleroi pour l’accession à certains lieux publics par les personnes à mobilité réduite”. Et la même de plaider dès lors pour une sensibilisation à cette dimension. “Il n’ya aucun problème pour l’intégrer dans les nouveaux projets (Phénix et autres); pour les bâtiments existants (maisons communales ou infrastructures sportives par exemple), des travaux ont déjà été faits et d’autres le seront prochainementé à rassuré l’échevin Paul Ficheroulle qui a promis dans la foulée de donner suite, si on lui laisse un peu de temps, à la demande de planning formulée à ce sujet par C. Devillers.

aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite