Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Gérer la ville en bon père de famille.

Charleroi-Hotel-de-Ville  - © J-M. Hoornaert

Il est grand temps que la majorité XXL partage une vision commune de tous les réaménagements du centre ville de Charleroi. Après avoir mis près d’un an pour choisir les projets commerciaux qui pourront se réaliser, après avoir tergiversé sur le tracé de la boucle du métro, après avoir commandé quantité d’études sur le réaménagement du centre ville, le collège communal semblait avoir définitivement fait son choix pour de nouvelles zones commerciales à implanter dans le quartier de la ville basse.

De façon très surprenante,la majorité communale semble de nouveau remettre ses choix en cause sous la pression de Foruminvest qui veut toujours construire 50 000 mètres carrés de surfaces commerciales sur l’esplanade du palais des expositions, fragilisant les projets de centres commerciaux déjà autorisés.Car,rappelons le, il n’y a pas de place pour tous les projets de grandes zones commerciales. En accepter une nouvelle implique que les autres doivent être refusées, simplement pour éviter de transformer des zones commerciales actuelles en nouvelles friches. En effet, le porte-feuille des carolos n’étant pas extensible, surtout en ces temps de crises, le nombre de zones commerciales viables reste limité. Tout est question d’équilibre et de continuité dans les décisions et prises de position.

Si les autorités communales veulent rester crédibles vis-à-vis des investisseurs, elles doivent confirmer les choix qu’elles ont faits il y a quelques mois. Cela semble indispensable si nous voulons continuer à attirer des investisseurs immobiliers.

S’il est très important d’améliorer le centre ville et d’avoir une vision cohérente pour le réaménager et le rendre attractif, les écologistes demandent que la ville soit beaucoup plus attentive à l’état des 54 quartiers de Charleroi. En effet, nombre de quar- tiers sont délaissés, sales et très peu entretenus.Il en est de même pour les bâtiments communaux qui souffrent d’un manque d’entretien chronique. Les restrictions de personnel et l’absence d’un organigramme précis sont la cause du manque criant d’agents d’entretien. Les actuelles lourdeurs internes à la ville dans le traitement des achats de matériel par la voie des marchés publics complètent le tableau désastreux.

La saine gestion des biens publics impose d’engager des agents d’entretien pour les quelques 500 bâtiments de la ville et de leur donner les moyens et le matériel pour fonctionner efficacement, réparer rapidement les chasses qui coulent,déboucher les gouttières pleines de feuilles, remplacer les petits carreaux cassés,purger à temps les radiateurs, entretenir les douches des piscines,… Bref pour gérer les biens publics en bon père de famille.Voilà un bel objectif pour notre bonne ville.

Texte publié dans Charleroi Magazine , numéro d’octobre 2009


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

Un quartier difficile en plein centre-ville

Depuis plus de vingt ans, la Ville-Haute est pointée du doigt. De la rue Turenne en passant par la...

Lire la suite

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

En route vers la COP21 à Paris!

Charleroi doit se fixer des objectifs plus ambitieux dans la réduction des émissions de gaz à effet...

Lire la suite