Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Action ou prévention dans les quartiers ?

Outre les motions sur les signes religieux, le dernier conseil communal s’est attardé sur les problèmes d’insécurité dans les cités.

Une motion présentée par un duo improbable Chastel (MR) et Van Dyck (PS) ; une autre par le groupe socialiste sur le port de signes « convictionnels » ont véritablement lancé la séance du conseil communal de Charleroi, dans un froid sibérien. Non pas à cause des débats, mais en raison d’une panne de chauffage. La proposition Chastel/Van Dyck, prônant une interdiction immédiate de tous signes religieux philosophiques ou politiques a été rejetée, contrairement à celle du parti socialiste. Elle donne la responsabilité à la commission générale d’entamer une série d’auditions auprès d’acteurs sur le sujet.

Outre ce débat épineux, plusieurs conseillers sont intervenus sur la question de l’insécurité dans les cités. Christian De Bast (cdH) a d’abord, interpellé le bourgmestre Jean-Jacques Viseur. Il a, dans un premier temps, analysé de manière élogieuse, l’action menée par le maïeur humaniste dans cette matière. Il a, ensuite, pointé les problèmes émergeant dans une partie de la population : « Il existe une situation délicate dans certains quartiers, où il y a des habitations sociales. Les habitants sont à la limite de la révolte à cause des incivilités . » Christian De Bast a donné la preuve de son raisonnement par des faits avant de poursuivre : « Il s’agit d’un climat palpable chez les plus âgés. Ils se sentent largués par les jeunes, sans vouloir uniquement pointer du doigt la jeunesse. Les responsables de sociétés d’habitations sociales reçoivent beaucoup de plaintes, mais ils ne peuvent rien faire . » Le conseiller humaniste a terminé son intervention en posant la question d’un renforcement des patrouilles.

La réponse du bourgmestre Viseur fut positive. Le nombre d’agents va augmenter. Ce qui n’est pas sans poser des soucis dans l’élaboration du budget 2010. Le président de l’assemblée a défini les causes de cette délinquance : population trop peu mixte, travaux de réparation tardifs, isolement, insonorisation des immeubles… Il a également rappelé l’importance du travail effectué par les agents de sécurité : « On ne traite pas seulement les symptômes, mais aussi les causes. Sans la police et la DPS (NDLR : Direction de la Prévention et de la Sécurité), la situation serait bien pire. L’an passé, le parquet a nommé une personne de dialogue. Bizarrement, elle a eu peu d’échos chez les directeurs de logements sociaux. Pourtant, il existe des actes qui ne peuvent laisser sans réaction . »

Jean-Jacques Viseur a appuyé dans le sens « d’une politique concertée plutôt qu’une intervention directe de la police . »

Malika El Bourezgui (Écolo) voit la solution de manière différente, proposant, par exemple, une série d’activités aux jeunes afin de leur offrir une alternative. « La DPS dépense beaucoup sur le Porte Ouest. Mais je pense que nous payons les erreurs du passé avec la concentration d’habitations sociales », a répondu le bourgmestre.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite