Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Zones commerciales sur la ville de Charleroi

L’évolution de la position du collège à propos des projets de zones commerciales est particulièrement préoccupante pour l’avenir de notre ville.

  • Xavier Desgain, Conseiller communal

Après avoir rencontré les promoteurs en septembre 200, après une consultation sommaire de la population entre les 8 et 24 octobre 2008, après avoir marqué son choix pour les projets Rive Gauche et Equilis le 24 octobre 2008 et avoir limité de fait les possibilités de développement commercial au centre ville à 40 000 mètres carrés sur base du schéma de développement commercial élaboré à la demande de la région wallonne, le collège a entamé des négociations avec ces deux promoteurs. Le 13 février 2008, le collège a marqué un accord ferme au projet Rive gauche pour une surface de 27 500 m2 de surface commerciale. Parallèlement, Equilis devait donner une réponse pour la mi-mars 2008. Depuis lors, les positions des différents partis de la majorité semblent avoir évolué et nous ne savons plus très bien où vous en êtes et si vos décisions, qui datent donc de plus de 11 mois, sont toujours d’actualité. Nous avons l’impression d’assister à une partie de monopoly dans laquelle le pouvoir public a une attitude particulière. Si je reprends quelques prises de positions depuis lors, je noterai une interview de Paul Magnette du 31 janvier 2009 qui réouvre la porte au projet ForumInvest, une déclaration du 2 février 2009 d’Olivier Chastel disant qu’il est tant d’avancer, une déclaration du bourgmestre du 3 février 2009 disant que le projet ForumInvest est dangereux parce qu’il tuerait la ville basse et la ville haute, une déclaration de l’échevin de l’aménagement du territoire du 3 mars 2009 disant qu’il n’entend plus tenir compte du plafond des 40 000 mètres carrés alors qu’il avait précédemment déclaré « non à commerce city » le 8 septembre 2008, une déclaration de l’échevine du commerce du 26 mars 2009 disant que s’il faut rouvrir le jeu, ça ne se fera pas au détriment de rive gauche, ce qui est, ouf, en cohérence avec sa déclaration du 15 octobre 2007 disant « on veut sauver le centre ville ». J’en passe tant cela a été dans tous les sens ces dernières semaines. Cela justifie largement que j’interpelle le collège aujourd’hui !

L’estimation de 40 000 m2 de surfaces commerciales nouvelles potentiellement possible d’après l’étude sur le développement commercial réalisée pour la région wallonne est-elle confirmée ou la majorité prévoit-elle de la porter à 70 000 mètres carrés ? Qu’en est-il des projets rive gauche et Equilis ? La ville envisage-t-elle d’abandonner son soutien au projet Equilis ? Qu’en est-il du projet Foruminvest ? Quelle surface commerciale envisagez-vous pour la ville haute, voire pour l’espace du palais des expositions ? Dans ce contexte, quelle est votre position par rapport extension de ville 2 ? Les conséquences de vos nouvelles options sur le commerce local existant ont-elles été étudiées, et si oui, sur base de quels chiffres et de quelles études ? Quelles sont ces conséquences?

Comment évolue la position de la ville sur les autres projets de zones commerciales ( Bouygues à Chatelet et Citta Verde à Farciennes par exemple), alors que vous envisager d’amplifier le rôle du pôle commercial régional du centre ville ? N’y a-t-il pas un risque d’amplifier la déstabilisation des commerces existants, notamment à Gosselies, si l’ensemble de ces projets devaient voir le jour ? Cette question a-t-elle été étudiée par l’intercommunale de développement économique ? SI oui, quels sont les éléments d’analyse mis en évidence ?

Par ailleurs, quels sont les critères de développement durable qui sont prévus par le collège pour le développement de tous ces nouveaux bâtiments sur son territoire ?


Webmaster Webmaster ·  26 janvier 2010, 12:39

Dans une Question d’actualité, Xavier Desgain a rassemblé toutes les interrogations qui pèsent encore sur le développement commercial de la cité. Après avoir relevé des déclarations successives et contradictoires de leaders des trois formations de la majorité, il a posé une kyrielle de questions avant de rappeler l’option générale d’Ecolo : reconstruire la ville sur la ville. Jean-Jacques Viseur a précisé la position de la Ville exprimée dans un communiqué du Collège communal (lisible ici à la rubrique ” Actualité ” en date du 28/12) qu’il a résumé à trois décisions : mener en priorité Rive Gauche à son terme ; réaliser un développement commercial sur le site des expos ; le faire e façon harmonieuse et complémentaire. ” Les négociations s’éternisaient. Nous avons perçu que des contacts se nouaient dans notre dos. Au nom de l’intérêt général, nous ne voulons pas être une carte jouée par des joueurs extérieurs. Nous ne voulons pas, non plus, être prisonniers des chiffres ” a-t-il dit. Sortant de l’espace territorial avec une œillade appuyée au ministre (Ecolo) de l’Aménagement du Territoire, il a appelé à une politique au niveau supra-régional afin d’éviter une lutte anarchique pour le développement commercial.

Source : Site officiel de la Ville de Charleroi

aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

L’évolution des milieux urbains et la gestion des déchets

Lors du précédent Conseil communal, des interpellations ont soulevé la problématique des...

Lire la suite