Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Débat sur le dossier Citta Verde

Le bassin carolorégien est, depuis quelques années, le théâtre d’annonces de nombreux projets commerciaux tout aussi importants les uns que les autres et ce, tant dans le centre ville que dans toute la périphérie.

  • Xavier Desgain, Parlementaire wallon

Ce foisonnement de projets immobiliers a de quoi interpeller en matière d’aménagement du territoire et de choix des localisations des activités commerciales dans un bassin de vie de grande taille. Les terrains idéalement situés en terme d’accessibilité durable, de proximité de la clientèle seraient-ils devenus soudain si nombreux? La croissance économique de la Région de Charleroi serait-elle devenue si exceptionnelle que les commerces actuels manquent d’espace? L’attractivité de la Région de Charleroi est-elle en si forte croissance, ou assistons-nous à une lutte d’influence sans merci entre grands opérateurs immobiliers pour capter à leur propre avantage les revenus locatifs des activités commerciales actuelles? Il y a fort à parier que c’est cette seconde logique, fort peu soucieuse de la gestion d’un territoire qui est à l’œuvre, amplifiée par la présence d’énormes liquidités sur les marchés financiers.

Si je me réfère au schéma de développement commercial de l’agglomération de Charleroi réalisé par l’association de management du centre ville, seule la zone commerciale du Bultia à Gerpinnes correspond à la première hypothèse. Aucune autre zone du bassin de vie carolorégien ne rencontre cette spécificité favorable à l’extension naturelle des activités commerciales. Dans un tel contexte, il est évident que la création de toute nouvelle zone commerciale peut avoir un impact direct sur la viabilité des autres zones commerciales du bassin de vie carolorégien. Nous le vivons dramatiquement face au manque de vision stratégique du groupe Carrefour.

Depuis de nombreuses années, le développement des nouvelles zones commerciales carolorégiennes s’est réalisé en périphérie de la ville et de la zone urbaine. Une des conséquences de ce mode de développement a été de fragiliser très fortement les centres commerciaux qui existent dans la zone urbaine elle-même. Le commerce au centre-ville de Charleroi s’en trouve particulièrement fragilisé. Il est indispensable de veiller à prendre des décisions en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme pour revitaliser les centres villes.

Monsieur le Ministre, quelles sont les balises en matière d’aménagement du territoire, de mobilité et d’environnement qui orientent et orienteront les décisions à prendre? Confirmez-vous les tendances inscrites dans la DPR, à savoir la priorité au coeur des villes dans les zones urbaines et la préférence aux extensions de pôles existants en périphérie des zones urbaines? Estimez-vous qu’il y a une limite aux surfaces commerciales possibles sans impact négatif sur l’aménagement du territoire de la Région de Charleroi? Si oui, partagez-vous l’estimation de 40.000 m indiquée dans l’étude réalisée à la demande de la Région wallonne?

Je voudrais vous demander de me confirmer que la revitalisation des centre-ville, présentée comme prioritaire dans la DPR, sera réellement une préoccupation importante en matière d’aménagement du territoire dans l’octroi des permis d’urbanisme.

M. Borsus pense qu’il s’agit d’une question téléphonée. Je préfère avoir une confirmation de votre part. Comme écologiste, j’estime qu’il y a un enjeu vital pour les centres-villes de Charleroi et de Châtelet. La situation est encore plus préoccupante à Châtelet.

On parle de projets immobiliers. Il est clair que, si la DPR prévoit le recentrage des activités commerciales dans les centre-ville, les projets commerciaux doivent être intégrés dans les centres urbains.

Pouvez-vous nous faire l’état des lieux de vos démarches en matière d’aménagement du territoire pour l’ensemble des projets commerciaux dans la région de Charleroi? Le projet Ville 2 a été cassé par le Fonctionnaire délégué. Le projet de remembrement urbain, Rive gauche, est arrivé à votre cabinet. C’est important. Quelle sera votre position? Comment allez-vous orienter votre décision dans ces différents projets?

Je pense qu’il faut davantage étendre les zones commerciales existantes plutôt que d’en créer de nouvelles qui seraient concurrentes aux premières.

Je crois par ailleurs beaucoup à l’écopôle. J’espère que ce projet réussira car il est porteur d’emplois, et d’emplois de longue durée. S’il est bien pensé en terme de développement durable. On pourrait connaître une revitalisation du centre urbain.

Compte rendu analytique complet avec les questions des autres parlementaires et la réponse de Philippe Henry, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité (pdf)

Réponse du Ministre Philippe Henry sur le site fédéral d’Écolo


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Gare de Marchienne-au-Pont - Wiebevl-Creative Commons

SNCB - La gare de Marchienne-au-Pont

Question écrit de Jean-Marc Nollet, Ecolo-Groen Depuis quelques jours, il me revient que les...

Lire la suite

Parlement wallon

Trésorerie des Invests wallon : Xavier Desgain interrogera le Ministre de l’économie !

Suite aux articles du journal « l’Avenir » concernant la situation des trésoreries de nos Invests...

Lire la suite