Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vingt nids-de-poule au kilomètre

C’est le constat d’un rapport de police remis à l’échevin de la Voirie. « Ce n’est ni pis ni mieux qu’ailleurs », selon Paul Ficheroulle.

L’hiver rigoureux n’a pas épargné les revêtements routiers de Charleroi : il a même accéléré leur état de dégradation. À combien s’élèvent les dégâts ? Et surtout, l’absence de budget ne risque-t-elle pas de compromettre l’exécution des réparations qui s’imposent ?

Le conseiller Écolo Luc Parmentier a demandé des comptes à l’échevin de tutelle Paul Ficheroulle (PS). On a appris que la zone de police avait établi un cadastre des nids-de-poule sur l’ensemble du réseau. Que ce rapport venait d’être remis à la Ville. Il a été effectué avec l’aide des services de quartiers. Des inspecteurs se sont chargés de recenser les trous qui endommagent les véhicules et mettent à mal la sécurité des motards. Bilan : on est dans la moyenne. Ni pis ni mieux qu’ailleurs. Mais le chiffre est édifiant. Les voiries communales totalisent pas moins de treize mille nids-de-poule. Ce qui en place un pratiquement tous les cinquante mètres. Par contre, il est impossible de chiffrer le coût de remise en état du réseau.

Si l’on part de la base maximale, soit un million d’euros au kilomètre selon le taux de la réfection complète, la facture serait astronomique : impossible à envisager en dehors des 35 kms de tronçons qui restent à égoutter avec l’aide de la Région wallonne. Pour le surplus, on peut espérer dans le meilleur des cas la pose d’un nouveau revêtement au tarif de 100 000€ le kilomètre. Mais la Ville n’a pas la capacité financière d’en supporter le coût.

Dans l’attente des directives de la Région wallonne, ses services de travaux vont s’en tenir à des interventions ponctuelles. C’est-à-dire à la pose de rustines de tarmac là où les trous sont réputés les plus douloureux, a indiqué l’échevin Ficheroulle.

Le budget reste à évaluer. « Mais comme on l’a fait pour le salage, nous allons demander à pouvoir dépasser les douzièmes provisoires pour nos réparations ». Dont acte. Luc Parmentier ne manquera pas de suivre ce dossier.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite