Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Le retour de la rage taxatoire »

Écolo, la seule force démocratique d’opposition, a voté contre le budget. Les verts pointent une série de manquements élémentaires formels relatifs à sa présentation. Mais sur le fond, ils estiment que ce « budget ordinaire 2010 très austère (…) ne permettra pas à Charleroi de se redéployer » . Car en dépit de l’embellie attendue pour la ville dans les années futures, en particulier via les projets Phenix, Luc Parmentier estime qu’« il est important que Charleroi se donne les moyens maintenant et tout de suite afin de survivre à la crise financière mondiale » .

Ce n’est pas le cas, dit Ecolo. Outre les hausses des dotations du CPAS (+ 12,86 %) et de la zone de police (+ 27,72 %), les verts pointent les effets de la gabegie de l’ancienne majorité socialiste qui oblige aujourd’hui la Ville à intervenir dans les contentieux de la Régie foncière pour plus de 35 millions ?, dont plus de 20 millions ? pour la démolition du stade de football et le contentieux relatif au parking en ouvrage.

Au total, Luc Parmentier a calculé que des dépenses pour 68 millions ? sont le résultat de la mauvaise gestion passée des socialistes qui ont privilégié les depenses de prestige telles que le Spiroudôme ou le stade du Pays de Charleroi. « Tout ceci au détriment de nombreux projets dont ceux défendant la population la plus précarisée », notamment le Resto du coeur, les maisons de quartier, une vraie politique du logement ou l’accueil en soirée. Le conseiller écologiste déplore aussi une diminution du financement des investissements en part propre en 2011 et 2012 alors que les bâtiments nécessitent un refinancement. Il se demande également comment, à ce stade de l’année, les services communaux pourront dépenser les 99 millions ? inscrits au budget extraordinaire.

« Dans la mouise en cas de refus »

Mais c’est évidemment la hausse des taxes qui interpelle le plus le groupe Ecolo. Les centimes additionnels, mais aussi l’augmentation de la taxe poubelle de 8 %, la création de la taxe sur les transports funéraires ou encore la redevance sur les crémations. « A Charleroi, même les morts devront passer à la caisse pour près d’un million ? ! » s’exclame-t-il. En revanche, c’est avec un espoir un peu suspicieux qu’il voit inscrite pour 2011 la taxe demandée aux passagers du BSCA.

Luc Parmentier parle de « retour de la rage taxatoire », égratignant au passage le MR qui, avant les élections, « se gaussait d’être le rempart contre toute nouvelle taxe » … Mais surtout, Ecolo ne peut faire part de son inquiétude pour la Ville si le budget venait à être refusé par la tutelle : « Charleroi se retrouverait dans la mouise la plus complète. » Verdict en août.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite