Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Regarder le passé pour préparer l’avenir!

Charnoy, Charles Roy, Boulevard Tirou, Ring R3, Métro, Phénix, rive gauche et demain ?

Carte topographique du village de Charnoy au début du 17ème siècle. © Jean-Marie HoornaertAu début était Charnoy, petit village de 350 âmes situé sur la rive gauche de la Sambre. En 1666, Castel Rodrigo, Gouverneur espagnol pose la première pierre de la forteresse appelée à défendre les frontières espagnoles qu’il appelle « Charles Roy ». Charleroi devient une cité militaire au centre de nombreux conflits. La forteresse espagnole est modifiée et la Ville-basse voit le jour. Une période de prospérité et de paix va transformer la cité en une ville commerciale et industrielle. Elle se déploie pour devenir une ville d’échanges et de circulation qui se voit enfin dotée d’un rôle administratif et judiciaire.

En 1867, Charleroi démantèle ses fortifications et redessine son urbanisme en créant de grands boulevards arborés afin de donner à la Ville un air de «grande métropole». Dans les années 30, le vieux bras de la Sambre est remblayé et remplacé par le Boulevard Tirou, nouvelle artère dédiée à la circulation et au commerce. Dans les années 50, Charleroi voit la destruction de ses quartiers historiques au profit du développement économique et des besoins de circulation.

L’ère du « tout pour une mobilité rapide et efficace» est en route avec la construction des « autoroutes urbaines» qui devaient rendre possible l’accès rapide au cœur des grandes agglomérations, car “il semble peu sensé de réduire les distances entre deux centres par la construction d’une autoroute, si en même temps il devient de plus en plus dur et de plus en plus long d’entrer et de sortir de ces centres.”

Long de six kilomètres, le petit ring de Charleroi est inauguré en 1975 et une règlementation étonnante est d’application : la ceinture n’est accessible qu’en sens contraire des aiguilles d’une montre.

Suite à la fusion des communes, notre Ville ne se concentre plus uniquement sur le centre-ville de Charleroi mais aussi sur ses 15 anciennes communes.

Cette évocation «historique» démontre que Charleroi, depuis sa création, ne cesse d’évoluer pour devenir cette métropole actuelle de 200.000 habitants. Demain, le centre-ville sera fortement modifié. La fermeture de la boucle du métro,les différents projets phénix de revitalisation (Porte des Arts, quais de Sambre, nouveau triangle, place de la Digue, rue de la Montagne, etc.), le projet rive gauche, le nouvel hôtel de police à la ville haute, la fermeture de l’hôpital civil, l’aménagement de l’ancienne caserne, l’édification de la cité administrative… sont des chantiers qui vont modifier radicalement la vie dans notre Métropole.

Malheureusement, la majorité actuelle ne prend pas la peine d’éclairer les habitants du centre-ville en leur donnant une vision complète et intégrée de ce que sera leur Charleroi de demain. La plupart de ces projets sont proposés au Collège et au Conseil communal, à la hussarde, sans aucune participation de la population.

Ecolo plaide pour que, dès demain, une vraie phase d’information se mette en place pour que les Carolos deviennent des acteurs éclairés de ces bouleversements avenirs. Regarder le passé pour préparer l’avenir !

Texte publié dans Charleroi Magazine, numéro de novembre 2010


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

Un quartier difficile en plein centre-ville

Depuis plus de vingt ans, la Ville-Haute est pointée du doigt. De la rue Turenne en passant par la...

Lire la suite

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

En route vers la COP21 à Paris!

Charleroi doit se fixer des objectifs plus ambitieux dans la réduction des émissions de gaz à effet...

Lire la suite