Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

TEC : le ministre Henry veut rassurer

Feu nourri vers le ministre Henry hier, de la part des députés wallons carolos. Ils attendaient des explications pour l’avenir du TEC Charleroi.

La situation financière des différents TEC et de sa structure faîtière, la SRWT, n’est guère réjouissante. Le TEC Charleroi est particulièrement concerné : il accuse, pour 2011, un déficit de 1,8 million €, et ce après une dotation complémentaire de 6 millions € accordée par la région wallonne à l’ensemble des TEC wallons. Une situation qui laisse craindre une diminution de l’offre et des risques de pertes d’emploi. Sans même parler de l’incertitude qui, dans ce contexte, plane sur l’exploitation du métro en cours d’extension…

Le président du TEC carolo, Gérard Monseux, avait tiré la sonnette d’alarme et fait part de ces menaces au ministre de tutelle, Philippe Henry (Écolo). Et hier, en commission du Parlement wallon, Véronique Cornet (MR), Graziella Trotta (PS), Xavier Desgain (Écolo) et Véronique Salvi (cdH) ont interrogé le ministre sur cette situation d’autant plus préoccupante que, en 2014, à dotation inchangée, le TEC Charleroi pourrait accuser des pertes de plus de 11 millions €…

Gérard Monseux avait dénoncé la clé de répartition de la dotation de 6 millions ¤ qu’il estime inéquitable. Pour répartir le montant, l’hypothèse d’un lissage exceptionnel entre les différents TEC avait été envisagée, puis finalement écartée. Sur recommandation de la SRWT, le Gouvernement wallon a préféré s’en tenir à la clé de répartition historique. Une des explications est le problème des critères à retenir pour le lissage, notamment les réserves financières de chaque TEC. Or celui de Charleroi en dispose de plus de 5 millions €, fait remarquer le ministre Henry. Des propos inacceptables aux yeux de Véronique Cornet pour qui Charleroi doit ainsi éponger plus que les autres le déficit de la SRWT. D’autant plus inacceptable, dit-elle, que les réserves doivent couvrir des investissements, non financer des coûts d’exploitation.

Le ministre tient un discours modérément rassurant sur les moyens pour l’exploitation du métro. Les 500000 ¤ pour la formation, en 2011, des nouveaux conducteurs de tram ne devraient pas poser problème. Pour le reste, les commentaires divergent : « Le ministre a assuré qu’il n’avait jamais envisagé de ne pas accorder de moyens supplémentaires pour le métro. C’est important », commente Xavier Desgain (Écolo). Mais pour sa collègue MR, il n’y a jusqu’à présent aucune garantie du ministre sur ce plan…

Si les TEC peuvent espérer de la renégociation prévue des contrats de gestion - et donc d’une redéfinition de la clé de répartition - , il semble évident, aux yeux du député écolo, que des efforts devront être faits, sur le réseau du TEC carolo en tout cas, pour réorganiser les lignes de bus et répartir les moyens avec plus d’efficience.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite