Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un désolant diagnostic des gares

«Tout est à améliorer, ou presque.» C’est le verdict rendu par Écolo qui a enquêté sur les 23 gares et points d’arrêt de la région de Charleroi.

Le bilan est limpide : globalement, la situation des six gares et des dix-sept points d’arrêt du réseau de chemin de fer de l’arrondissement de Charleroi est «franchement catastrophique», estime la députée wallonne Isabelle Meerhaeghe. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par différentes locales du parti Écolo. Or, disent les verts, si l’on veut à la fois permettre à tous de se déplacer, de reprendre des parts de marché à l’automobile, d’améliorer la mobilité et de lutter contre le réchauffement climatique, il faut réinvestir dans les gares et les points d’arrêt.

1. Quais peu accessibles

Dans les trois quarts des cas, on accède aux quais par des escaliers. La palme revient au point d’arrêt du Campinaire, avec sa cinquantaine de marches. Pas évident pour les personnes à mobilité réduite. Seule Charleroi-Sud propose un ascenseur pour accéder au couloir souterrain, mais pas encore aux quais… Une solution qui, de plus, est plus coûteuse que les plans inclinés. À cela il faut ajouter le manque d’entretien régulier des accès.

2. Accès peu accueillants

Écolo qualifie de «glauque» l’environnement des points d’arrêt. Sept à huit fois sur dix, la propreté des quais ou des accès laisse à désirer. Outre l’absence de poubelles sur 78 % des quais, tags, détritus et odeurs nauséabondes génèrent un sentiment d’insécurité, poussant certains à traverser les voies. Avec un risque d’accident mortel, comme ce fut le cas à Farciennes.

3. Accès aux gares à améliorer

Pas de souci pour atteindre les gares en voiture et y stationner. C’est moins évident pour se parquer, qui plus est en toute sécurité, à Charleroi, Châtelet, Luttre et Fleurus. La desserte par les transports en commun est correcte, mais un site propre pour les bus réduirait le risque de manquer les correspondances. Pour les usagers faibles, c’est autre chose : pas de cheminement cyclable, peu de parkings pour vélos, traversée de voirie insécurisante pour les piétons, spécialement à l’arrière de la gare de Charleroi.

4. Quais peu avenants

Le passage des trains rapides dans les petites gares n’est pas annoncé dans 27 % des cas. Dangereux. Côté confort, ces mêmes petites gares n’offrent pas de siège dans 15 % des cas. Et au total, elles ne sont que 22 % à offrir des sièges sous un abri! Etonnant : à Charleroi Sud, les nouveaux abris ne sont chauffés et ouverts que lorsqu’on atteint - 5 o, affirme le député wallon Xavier Desgain.

5. Présence humaine

Écolo déplore la désaffection des gares. Les plages horaires d’ouverture des guichets ont été réduites. Certains de ceux-ci sont parfois fermés sans avertissement (Fleurus et Piéton). À Charleroi, deux des trois entrées principales sont fermées à 22h. Même le service international manque de personnel. Non seulement le service est insuffisant, mais cette situation contribue à une déshumanisation, au sentiment d’insécurité, à la dégradation de bâtiments désertés. Le développement d’activités de services et de commerces au sein des gares est une réponse à cette désaffection.

Pour enrayer cette logique inquiétante, les verts proposent une motion aux différents conseils communaux de la région. Ce sera encore le cas dès ce lundi, à Charleroi.

Autres articles traitant du même sujet

Chemin de fer : beaucoup reste à faire

Le combat Ecolo pour de meilleurs trains n’est pas neuf et son député fédéral Ronny Balcaen a été une des chevilles ouvrières de la commission Buizingen, ces derniers mois. Sur le plan plus immédiatement carolo, Ecolo a enquêté sur les gares de l’arrondissement de Charleroi, au moment où la SNCB invoque des motifs budgétaires pour réduire de façon drastique de nombreux guichets dans la région. Ses militants ont parcouru les 23 gares de l’arrondissement, avant de conclure à un bilan qualifié de “franchement catastrophique” tant par Ronny Balcaen que par les députés régionaux Isabelle Meerhaeghe et Xavier Desgain.

Cela, pour plusieurs raisons : des quais et des accès aux voies peu praticables, notamment pour les personnes à mobilité réduite; le côté glauque de certains passages, notamment pour cause de malpropreté permanente, et qui participent à la persistance d’un sentiment d’insécurité; les abords des gares en mal d’emplacements de parkings, où dépourvus de possibilités de passage pour la mobilité douce et les vélos; problèmes encore, qui concernent la sécurité et le confort des voyageurs sur les quais avec par exemple, pour la gare de Charleroi, quand on ne les chauffe que sous moins 5 degrés. Parallèlement, Ecolo déplore la fermeture annoncée de guichets, qui disparaîtraient sans tenir compte des besoins réels des voyageurs.

Plus généralement, les verts insistent sur les défauts de la SNCB en matière de ponctualité et de sécurité, ce dont ont témoigné les accidents de ces derniers mois. Cela prouve aussi, dit Ecolo, la nécessité de prendre des mesures structurelles pour recréer une culture de la sécurité au sein du groupe SNCB. Au-delà du seul et dramatique accident de Buizingen, c’est la vision globale du groupe ferroviaire qu’Ecolo remet en question.

Etat des lieux de nos gares

Nos gares sont souvent en piteux état lorsqu’elles ne sont tout simplement pas menacées de fermeture pure et simple… Ecolo a mené une enquête dans 23 points d’arrêts de la région de Charleroi et le constat, s’il n’a rien de surprenant, n’en est pas moins affligeant. Tout est à améliorer ou presque.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite