Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

BPS22 : Laanan rassurante

Les travaux se précisent, mais sont encore assez loin au BPS22, l’espace de création contemporain de la province de Hainaut. C’est ce qui ressort de la réponse donnée hier par la ministre de la Culture, Fadila Laanan (PS), à la députée Isabelle Meerhaeghe (Écolo).

Les travaux de stabilisation du bâtiment de l’université du travail sont estimés à 221.000 €. La Province ne déboursera que 44200 €, la différence étant assumée par la Région wallonne, les façades et toitures étant classées. Mais pour que débutent ces travaux, il faudra un permis d’urbanisme qui sera seulement délivré pour l’ensemble des travaux prévus, c’est-à-dire aménagement de l’espace compris. L’accord sur l’avant-projet relatif à ces travaux a été donné par la ministre le 22 septembre dernier.

Le coût est estimé à 2.580.000 €, la Communauté française prenant en charge 2.170.000 €, hors équipements, TVA et honoraires. Mais il s’agit d’un dossier en financement alternatif, et la procédure est encore longue. Si bien qu’il ne faut pas attendre d’adjudication des travaux avant la fin de 2011.

La ministre est revenue sur le rapport d’audit interne qui a confirmé la possibilité d’une plus grande autonomie de gestion du BPS22. Des réunions ont eu lieu entre le cabinet de la ministre, la Province et la Ville pour examiner les collaborations possibles. Différents aspects doivent encore être précisés, notamment le cadre à disposition de l’ASBL, qui devrait s’appeler BPS22, et les moyens financiers. D’autres réunions doivent permettre de finaliser le projet.

Autre article sur le même sujet

Le BPS 22 en route vers son autonomie

  • Source : Le Soir
  • Date : Samedi 19 mars 2011
  • Auteur : Jean-Marie Wynants

Les tensions autour du BPS 22, « espace de création contemporaine de la Direction générale des Affaires culturelles de la Province de Hainaut », seraient en train de s’apaiser.

Plusieurs réunions ont eu lieu, dont une ce lundi 14 mars au cabinet de la ministre de la culture, Fadila Laanan. La province, la Communauté française et la Ville de Charleroi participaient à ces rencontres pour tenter de trouver la meilleure solution pour l’avenir d’une institution qui, en quelques années, s’est imposée dans le monde de l’art contemporain et dans son environnement immédiat.

Une pétition de soutien au BPS 22, lancée par le comité de quartier, a en effet recueilli plus de 3.000 signatures demandant le maintien de l’activité telle qu’elle est actuellement mise en place. Le 2 mars, les représentants de ce comité déposaient cette pétition chez Fabienne Capot, députée permanente de la Province du Hainaut, en charge de la culture (nos éditions du jeudi 3 mars). Cette dernière avait par ailleurs reçu les résultats d’un audit interne sur la situation de l’institution dirigée par Pierre-Olivier Rollin.

En réponse à une question parlementaire de la députée écolo Isabelle Meerhaeghe, la ministre Fadila Laanan expliquait cette semaine : « Il est exact que l’audit interne provincial, chargé d’étudier les conditions d’une plus grande autonomie pour le BPS 22 a rendu son rapport – que je n’ai pas obtenu –, d’où il ressort que cette option peut être concrétisée. (…)

L’intention de la Province est de transformer l’actuelle ASBL de gestion provinciale « Les Artistes du Hainaut » en ASBL BPS 22 dont le siège social serait établi à Charleroi, laquelle aura une véritable autonomie de gestion. Il s’agira également de modifier son objet social ainsi que la composition de ses organes de gestion. »

Pour Gilles Doutrelepont, chef de cabinet de la ministre, il s’agit d’une véritable avancée : « La Province a eu la bonne idée de commander un audit qui a permis d’identifier une série de problèmes. Sur base de cet audit, des pistes sont désormais évoquées qui rencontrent les souhaits de tous. Mais cela prendra encore du temps car il y a une série de problèmes techniques et administratifs liés à la complexité de la structure actuelle. »

La ministre a par ailleurs confirmé que sa « priorité reste l’accomplissement du programme culturel tel que présenté à la Communauté française lors de la demande de subvention des infrastructures culturelles ».


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite