Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le BPS 22 : Quel avenir pour un musée qui a fait ses preuves ?

Question orale de la Députée Isabelle Meerhaeghe et réponse de Madame Fadila Laanan, Ministre de la culture

  • Isabelle Meerhaeghe, députée wallonne et communautaire.

Madame la Ministre,

Le BPS 22 est un musée d’art contemporain qui a trouvé sa place, non seulement dans la cité carolorégienne mais aussi sur la scène internationale. Depuis une dizaine d’années, ce musée s’est en effet investi dans une politique d’expositions alliant des grands noms en art contemporain, des artistes plus régionaux ainsi que des projets originaux (comme les liens entre les artistes et le football), qui drainent des visiteurs jusque là absents de lieux et projets culturels en apparence « inaccessibles ».

Le musée fait aujourd’hui partie intégrante d’un quartier et de la vie de ses habitants. Pour preuve, le comité de quartier vient de se mobiliser pour assurer l’existence de cette institution provinciale en rassemblant plus de 3000 signatures au bas d’une pétition de soutien. En effet, après avoir défini un projet culturel et avoir reçu l’assentiment de la Province de Hainaut et de la Communauté française depuis 2004, le directeur du BPS 22 est toujours à l’heure actuelle dans l’expectative. Interpellé à ce propos par Manu Simon, conseiller provincial, Richard Willame, Député-Président du Collège provincial du Hainaut répond ce 2 mars que « le projet de Musée provincial entre dans sa phase de concrétisation » en ce qui concerne les travaux indispensables ne fut-ce qu’au niveau de la stabilisation de la façade. Madame la Ministre, pouvez-vous nous confirmer que la procédure de lancement des travaux est en cours et nous en préciser le calendrier ainsi que les budgets qui y seront alloués?

Parallèlement aux travaux, une autre question se pose : comment assurer une autonomie suffisante à la direction du Musée afin de mener à bien le projet défini ? L’origine du BPS 22 remonte en 1986 grâce à une politique d’acquisition de la Province de Hainaut via une asbl « les artistes du Hainaut » basée à La Louvière, asbl à laquelle le Musée est toujours lié aujourd’hui. Après quelques tergiversations, la Province vient de procéder à un audit afin de disposer des éléments indispensables à la création éventuelle d’une asbl « BPS 22 ». L’avis technique remis par l’audit interne provincial, précise Richard Willame, « se prononce favorablement pour une autonomie de gestion souple d’une asbl « BPS22 » à l’instar de l’asbl Grand Hornu images »

Madame la Ministre, pouvez-vous nous confirmer que l’on s’oriente effectivement vers la création d’une asbl qui permettra au BPS22 d’avoir les coudées franches pour établir sa programmation et honorer ses obligations envers ses publics, les différents prestataires de services ainsi qu’envers son personnel ? La gestion actuelle, notamment via une asbl implantée à La Louvière, engendre en effet des délais de paiement non raisonnables.

Madame la Ministre, je vous remercie pour les éclaircissements que vous pourrez m’apporter.

Réponse de Mme Fadila Laanan, ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances.

Le BPS 22 constitue un espace de création qui propose un regard contemporain sur les multiples formes que peuvent prendre la création actuelle, la production, la réflexion, tout en interrogeant sa propre pratique, ce qui exige la mise en place d’une dynamique de renouvellement permanente, une écoute critique des grandes tendances actuelles comme des épiphénomènes et une réflexion récurrente sur les pratiques institutionnelles, y compris les siennes.

Dès sa création en 2000, le BPS 22 a privilégié les partenariats nationaux et internationaux, s’efforçant à inscrire son action au sein d’un réseau d’institutions de références et de nouer des partenariats internationaux avec des institutions prestigieuses.

Les travaux indispensables de stabilisation de la façade sont pris en charge par les fonds de la Province qui pourra bénéficier d’une subvention de la Région wallonne dans le cadre de la politique du patrimoine, à condition que les façades et la toiture soient classées.

Les travaux sont estimés à 221 000 euros, TVA comprise. Le part prise en charge par la Province, soit 44 200 euros, est inscrite au budget 2011. Une modification budgétaire sera introduite au budget provincial dès réception de la promesse de subsides de la Région wallonne.

Toutefois, les travaux de stabilisation de la façade ne peuvent débuter avant l’obtention d’un permis d’urbanisme et feront donc partie du dossier de travaux global.

Il n’y aura pas de phasage prioritaire possible.

J’ai notifié le 22 septembre 2010 mon accord sur l’avant-projet des travaux d’aménagement de cet espace. Le montant de la subvention est évalué à 2 170 000 euros sur un montant global de 2 580 000 euros, hors équipement, hors TVA et hors frais d’honoraires.

Il s’agit d’un dossier en financement alternatif dont l’engagement des crédits devrait intervenir en 2012.

L’instruction du dossier sera encore longue avant que le dossier d’adjudication soit transmis et puisse faire l’objet d’un accord ferme de la part du gouvernement : demande de permis d’urbanisme, demande de certificat de patrimoine, lancement du marché des travaux, publication de l’avis du marché, analyse des offres et, enfin, désignation d’une entreprise. C’est la raison pour laquelle le dossier n’a pas été repris dans le budget 2011. Les services techniques de la province prévoient de déposer le dossier à la Communauté française pour un accord sur projet autour du 30 juin 2011 et le dossier d’adjudication vers le 15 novembre 2011.

L’audit interne provincial chargé d’étudier les conditions d’une plus grande autonomie a déposé un rapport mais je n’ai pu en prendre connaissance. Je sais cependant qu’il en ressort que l’option pourrait être concrétisée. Plusieurs réunions ont eu lieu entre mon cabinet, la province et la ville de Charleroi en vue d’examiner les collaborations susceptibles d’être mise en oeuvre. La dernière en date s’est déroule le 11 mars.

L’intention de la province est de transformer l’asbl de gestion provinciale Les artistes du Hainaut en une asbl BPS 22 dont le siège social serait établi à Charleroi et qui serait dotée d’une véritable autonomie de gestion. Il faudrait modifier son objet social et la composition de ses organes de gestion mais plusieurs points doivent encore être précisés, notamment le cadre qui sera mis à disposition de l’asbl et ses moyens financiers. De nouvelles réunions seront organisées afin de finaliser le projet.

Quoi qu’il en soit, ma priorité reste l’accomplissement du programme culturel tel que présenté à la Communauté française lors de la demande de subvention en infrastructures culturelles.

Isabelle Meerhaeghe

Je remercie la ministre pour ces précisions. Il fallait que nous soyons rassurés sur l’avenir de ce musée. La procédure relative aux travaux est relativement longue mais tout le monde sait que le dossier est sur la table depuis plusieurs années. Les nombreux changements intervenus en cours de législature ont hélas provoqué des retards. Malgré tout, le calendrier dont vous nous avez fait part semble assez précis.

La transformation de l’asbl Les artistes du Hainaut en asbl BPS 22 est selon moi indispensable. L’audit confirme qu’elle est envisageable. Les réunions sont en cours et c’est une bonne chose puisque – c’est un secret de Polichinelle – les relations entre les personnes concernées sont houleuses. J’espère que nous aurons en fin de compte un musée qui sera une vitrine accessible de l’art contemporain. Le comité de quartier s’est d’ailleurs mobilisé à cette fin.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Gare de Marchienne-au-Pont - Wiebevl-Creative Commons

SNCB - La gare de Marchienne-au-Pont

Question écrit de Jean-Marc Nollet, Ecolo-Groen Depuis quelques jours, il me revient que les...

Lire la suite

Parlement wallon

Trésorerie des Invests wallon : Xavier Desgain interrogera le Ministre de l’économie !

Suite aux articles du journal « l’Avenir » concernant la situation des trésoreries de nos Invests...

Lire la suite