Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Modification de voiries dans le cadre du projet Rive gauche

Le groupe Ecolo ne peut accepter la modification de voiries telle quelle nous est présentée ce soir, même si nous sommes bien entendu favorables à l’implantation d’un centre commercial au centre ville.
  • Xavier Desgain, Conseiller communal.

Le groupe Ecolo ne peut accepter la modification de voiries telle quelle nous est présentée ce soir, même si nous sommes bien entendu favorables à l’implantation d’un centre commercial au centre ville. En effet, ces modifications, qui sont profondes et vont changer pour longtemps la structure spatiale de la ville basse, ainsi que les habitudes de vie, de déplacements et les équilibres entre les différentes parties de la ville basse. Il s’agit en effet de supprimer une partie de la place Albert 1er et de modifier la structure classique d’une place qui a accueilli en son temps d’importants tournois de balle pelote et qui a aussi entendu des discours enflammés d’hommes politiques carolorégiens. Ce choix urbanistique ne fait pas l’unanimité dans la population et le risque de créer une coupure entre l’est et l’ouest de la ville basse, d’un côté et de l’autre du centre commercial est réel, non seulement parce que la place est raccourcie et parce que la rue «dite « sans nom » telle qu’elle est envisagée n’est pas attractive, mais surtout parce que la voirie nouvelle prévue, dans un premier temps dans l’axe de la place elle-même, maintenant dans l’axe de la rue de Marchienne, traversera le centre commercial. L’alternative proposée par l’auteur de projet suite à la réunion de concertation ne réduit pas réellement ce risque, car la nature de la voirie qui sera créée, une galerie fermée vers le haut, avec des portes en entrée et en sortie, sans savoir de quoi cette voirie pourrait être bordée, constitue un obstacle qui ne favorise pas le passage d’un côté à l’autre du centre commercial, un obstacle qui isole un quartier qui fait l’objet d’investissements importants dans le cadre du projet Phenix du cheminement qui sera le plus utilisé. L’expérience en bout de la rue de Marcinelle montre clairement qu’il y a un effet de coupure lorsqu’une voirie traverse un bâtiment. A ce stade donc, nous ne sommes pas rassurés sur les solutions pour réduire, limiter ou effacer l’impact de cette coupure. Peut-être que certains éléments de l’avis du collège (sur la porosité, la part du logement, les capacités d’accueil pour le secteur Horeca par exemple), voir de la décision du fonctionnaire délégué, seraient de nature à nous rassurer, mais comme nous ne connaissons pas l’avis du collège, et encore moins le contenu du permis à venir, nos réserves restent entières.

La modification de voirie vise aussi à créer deux trémies sur le boulevard Tirou pour assurer l’accès aux parkings souterrains situés sous le centre commercial. Comme nous l’avons déjà exprimé devant ce conseil fin août, la localisation, et la hauteur de ces trémies ne nous conviennent pas. Leur emplacement va interrompre le cheminement piéton en sortie des deux galeries existantes sur le boulevard Tirou, ce qui fera perdre le côté attractif du boulevard. Vu leur hauteur, 4,2 mètres, ces trémies seront particulièrement longues et dénatureront notre plus beau boulevard urbain. Il nous paraît également indispensable de laisser la possibilité d’un site propre pour les transports en commun (ferré ou non), pour amener les carolos au cœur même de la ville et de son plus beau boulevard. La localisation des trémies rendra cette option impossible, ce que nous ne pouvons pas accepter. Dans la foulée, constatons aussi que la partie piétonne du boulevard Tirou, telle qu’elle est prévue, ne permet pas non plus la traversée du boulevard par des bus, et notamment par le citybus, ce qui est tout aussi regrettable. Pourtant, et malgré le fait que le projet actuel réduit la largeur disponible du boulevard, puisque le nouveau bâtiment sera aligné sur l’extérieur des colonnades, nous faisant perdre la largueur de trottoir actuellement disponible sous les colonnades, il y aurait bien la place disponible pour assurer le passage de bus dans les deux sens sur le boulevard.

Voici, mes chers collègues, en substance, les raisons qui expliquent notre vote négatif sur les modifications de voiries liées au projet rive gauche telles que présentées. Nous ne sommes pas seuls à émettre les objections que nous venons de vous présenter et la plupart d’entre elles ont été formulées dans le cadre de la procédure de consultation et de concertation. Nous espérons donc toujours être entendu afin que le projet actuel soit amélioré et que nos remarques concernant les voiries soient rencontrées. Notons en complément que tel quel, ce projet pose encore de sérieux problèmes de mobilité qui ne sont pas réglé. Sa localisation plaide pour un accès privilégié par les transports en commun, alors que les préférences de notre population sont encore fort tournées vers l’usage de la voiture. Il y a là à relever un défi dont la ville basse devra sortir gagnante, au risque d’être asphyxiée et paralysée par le trafic automobile. Gageons que les investissements dans le métro et une politique de soutien de la ville y contribueront.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite