Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les Verts à la rencontre des locataires

Neuf locales Écolo iront à la rencontre des locataires des logements sociaux. Pour les informer de nouvelles décisions et se mettre à leur écoute.

Les écolos du Hainaut ont un ministre et des mandataires qui ne restent pas les bras croisés dans le domaine du logement social, et ils veulent le faire savoir ! D’autant que les attentes dans le domaine sont importantes dans la « verte province » où l’on dénombre 10 000 des 32 000 demandes de logement enregistrées en Wallonie. Dès ce samedi, neuf sections locales Écolo de la région de Charleroi iront à la rencontre des locataires des logements publics, tracts explicatifs à la main. « Il s’agira aussi d’entendre ce que les gens ont à dire et ainsi alimenter notre réflexion en la matière », insiste la députée Isabelle Meerhaeghe.

Les Verts le concèdent, tout n’est pas encore rose dans le domaine, spécialement dans la région de Charleroi qui n’a pas fini de subir les effets de la gestion passée. Ils pointent en particulier la consommation énergétique qui, en moyenne, représente 70 % du montant du loyer. L’accessibilité du logement aux catégories sociales les plus fragiles, l’inadéquation de la taille du logement aux besoins et, bien sûr, le manque de logements sont autant d’autres problèmes évoqués par les écologistes.

Des communes à l’amende

Face à ces attentes, le gouvernement wallon, à l’initiative du ministre du Logement Jean-Marc Nollet, a procédé à la réforme du Code du logement. Dans ce cadre, 900 millions € seront dégagés, d’ici 2014, pour relever une série de défis. En commençant par la création de 7 000 logements avec une attention particulière à l’efficacité énergétique. Attention aussi aux familles nombreuses : 20 % de ces logements leur seront réservés.

Le nouveau code se veut nettement coercitif à l’égard des communes qui n’atteindront pas les 10 % de logements sociaux sur leur territoire. C’est le cas de Gerpinnes, Montigny-le-Tilleul et Pont-à-Celles, ainsi qu’Ham-sur-Heure/Nalinnes, dans l’arrondissement de Thuin. « Mais des communes peuvent s’associer pour atteindre, ensemble, 10 % chacune », précise la députée wallonne.

La réforme prévoit également de favoriser (avant de l’imposer ?) les mutations vers des logements proportionnés afin que des logements devenus surdimensionnés par rapport au nombre d’occupants puissent profiter aux grosses familles. Les personnes handicapées, de plus de 70 ans ne sont heureusement pas concernées.

Référents sociaux

Les autres acteurs du logement, comme les agences immobilières sociales et les agences de promotion du logement, verront leurs moyens financiers renforcés. Et dorénavant, les sociétés de logement publiques peuvent aussi se voir confier la gestion de logements privés.

Le plan consacre aussi 425 millions € pour améliorer l’efficacité énergétique de 10 000 logements (plan Pivert), la stabilisation des loyers pour trois ans même en cas de hausse de revenus ou encore la présence d’un référent social qui pourra intervenir pour prendre en charge les situations de paiement des loyers les plus délicates. Quand on sait que, dans la région de Charleroi, 80 % des locataires disposent de revenus qui limitent leur loyer à 200 € en moyenne, on comprend la pertinence d’un tel service. Pour eux et pour les sociétés qui accusent des arriérés pour 15 millions €…

Autre article sur le même sujet


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite