Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Remplacement de Jean-Jacques Viseur

Le capitaine « quitte » le paquebot Charleroi avant le naufrage.

  • Julien Lechat, Secrétaire politique de la Locale de Charleroi
  • Luc Parmentier, Chef de groupe au Conseil communal
  • Isabelle Meerhaeghe, Députées wallonne et communautaire
  • Xavier Desgain, Député wallon et communautaire

Fin janvier, Jean-Jacques Viseur, Bourgmestre empêché de la première Ville francophone de Belgique émettait dans une interview le souhait de démissionner car selon lui : « Être bourgmestre empêché n’est bon pour personne. Le statu quo n’est ni raisonnable ni souhaitable ».

Il proposait alors 3 scénarii :

  1. Sa démission pure et simple ;
  2. La démission collective avec la nomination d’un nouveau Bourgmestre ;
  3. Le statu quo.

Nous venons d’apprendre que les belles-mères du Collège Communal de Charleroi (Paul Magnette, Olivier Chastel et Véronique Salvi) ont décidé de suivre le scénario 2 : la démission collective du Collège avec l’arrivée d’un(e) nouvel(le) Echevin, la nomination d’un nouveau Bourgmestre et les remaniements des compétences qui vont avec.

C’est sans doute la plus mauvaise solution pour Charleroi et pour son image qui a été imposée par le bourgmestre sortant. Ce choix mayoral, et ce n’est pas le premier, impose un nouveau tour de carrousel qui n’a que peu de sens à 8 mois des élections communales. Cela donne encore une fois une image déplorable d’instabilité du pouvoir local, où la lutte des égos l’a emporté sur l’intérêt général, alors que cette ville a au contraire besoin d’un peu plus de stabilité de solidarité scabinale et de cohérence.

Depuis le début de la mandature il s’agit sans doute de la première et seule décision de Viseur qui ne pourra pas être formellement contestée ou remise en question par ses partenaires de majorité. Encore un capitaine qui quitte le navire en abandonnant son équipage et ses citoyens.

A 9 mois des élections, ce nouveau Collège Communal va devoir se remanier avec des exigences de bonne gouvernance en termes d’efficacité, de pragmatisme et d’esprit d’équipe car les chantiers de fin de législature sont importants : un budget 2012 ambitieux, etc. Dans les conditions actuelles, ce ne sera pas une mince affaire.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite