Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Où sont les femmes dans la Cité ?

Comme chaque année, la « Journée internationale des femmes », le 8 mars, est l’occasion de rappeler combien notre combat en faveur de l’égalité est toujours malheureusement d’actualité.

  • Luc Parmentier, chef de groupe Ecolo au Conseil communal
  • Anne Cattiez, conseillère communale
  • Malika El Bourezgui, conseillère communale
  • Jacqueline Lefin, conseillère CPAS
  • Isabelle Meerhaeghe, députée régionale et communautaire
  • Anne-Sophie Deffense, secrétaire administrative

Introduction

Comme chaque année, la « Journée internationale des femmes », le 8 mars, est l’occasion de rappeler combien notre combat en faveur de l’égalité est toujours malheureusement d’actualité.

Même si, pour la plupart, les gens pensent que l’égalité entre les hommes et les femmes est maintenant acquise, les faits nous démontrent le contraire et prouvent qu’une attention de tous les jours reste vraiment nécessaire.

Aujourd’hui, les mesures du Gouvernement fédéral en sont un exemple flagrant. Si ces mesures touchent tous les travailleurs, les travailleuses et les allocataires sociaux de plein fouet, elles auront un impact plus important sur les femmes : au niveau de la nouvelle réforme des pensions, la suppression de la pension de survie, la limitation dans le temps des allocations d’attente, la dégressivité accrue des allocations de chômage, ou encore le durcissement de l’accès aux interruptions de carrière et au crédit temps.

Où sont les femmes dans la Cité ?

Le droit de vote des femmes (Loi du 27 mars 1948) est une conquête bien plus tardive que la démocratie dans notre pays. Et d’électrice à élue, il y a un pas qui n’a pas encore été totalement franchi car les femmes sont encore trop peu présentes dans les enceintes démocratiques. Et pourtant, leur vision du monde, leur sensibilité particulière par rapport aux questions de société et plus particulièrement aux difficultés vécues au quotidien justifie entièrement une représentation politique plus importante des femmes.

Ecolo a été, comme dans d’autres domaines, particulièrement précurseur en matière d’égalité des genres, en veillant à la parité et à l’application de la tirette sur ses listes ainsi qu’à la désignation d’une équipe mixte à sa tête. Mais si les femmes ont gagné leur place sur les listes, on constate que bien souvent elles ne se retrouvent pas dans les hautes fonctions de la gestion publique d’une ville…

Ecolo a déposé, au Parlement wallon, une proposition de décret en septembre 2011 qui vise à garantir une présence équilibrée des femmes et des hommes dans les organes désignés par la Région wallonne afin d’assurer une présence féminine plus importante au sein des entreprises publiques et des entreprises cotées en bourse (cf. annexe).

Du côté du secteur privé, les comptes sont vite faits ! En effet, si 31,5 % des femmes peuvent se targuer d’un diplôme d’enseignement supérieur contre 27,4 % des hommes (enquête de 2009), elles sont quasi absentes à la tête des entreprises cotées en bourse : dans la moitié d’entre elles, on ne dénombre aucune femme au Conseil d’Administration (CA) ou au Comité de Direction ! Les CA de ces sociétés sont, en Belgique, composés de seulement 6,87 % de femmes ; les administrateurs-délégués désignés par ces CA sont des femmes pour 4,13 % d’entre eux !

Les clichés et les stéréotypes ont la vie dure : « les hommes sont des experts, des porte-paroles ; les femmes des exécutantes, des témoins »… Inconsciemment, cela se reflète un peu partout que ce soit par exemple dans l’enseignement (si les enseignants sont principalement des femmes, les directions sont assurées en très grande majorité par des hommes) ou dans la presse écrite ou en télé. En 2011, l’Association des Journalistes professionnels (AJP) réalisait une étude basée sur 2.225 articles qui démontrait que la présence des femmes dans la presse écrite est très faible : moins de 18% de femmes en moyenne.

Quelques constats

  1. L’organisation de la vie politique, publique et associative est souvent soumise à des horaires tardifs ne permettant pas toujours la disponibilité des femmes.
  2. Il reste des discriminations apparentes, cachées, indirectes (importance du réseau social, difficulté de concilier vie familiale et engagement politique…).
  3. Beaucoup de femmes sont confrontées à la précarité dans les familles monoparentales.
  4. L’organisation de l’espace public et la mobilité, l’accessibilité sont également des sujets sensibles, car les femmes sont les grandes utilisatrices de leur ville et de ses services en général.
  5. Les services de garderies et de crèches doivent permettre aux femmes de travailler ou de se former.
  6. Le soutien aux femmes qui vivent des violences conjugales doit être renforcé.
  7. La formation et l’éducation des filles et des garçons ainsi que l’orientation scolaire et professionnelle doivent être conçues dans un objectif de plus grande égalité.

L’action du 10 mars

C’est donc à l’occasion de cette journée du 8 mars (faite le 10), que les « Femmes Ecolo » vont mener une action symbolique « citoyenne » et joyeuse au sein de notre ville afin de rappeler l’importance de la place des femmes dans la Cité .

L’itinéraire que nous vous proposons vous fera voir la ville sous un autre regard : noms de rues et statues auront pris un autre genre…

En parallèle, nous distribuerons un tract sur le marché afin de sensibiliser les citoyens/nes de cette ville à la place des femmes dans notre Cité.

Les Femmes Ecolo de Charleroi

Femmes_ecolo_de_Charleroi.jpg


Les commentaires sont fermés



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite