Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Il faut lutter contre les immeubles inoccupés pour augmenter l’offre de logements !

La récente décision de justice, recalant le règlement de la Ville de Charleroi en matière de logements inoccupés, est un coup dur pour notre métropole qui compte un trop grand nombre d’habitations inoccupées, alors que de nombreuses personnes ne trouvent pas à se loger et que les listes d’attente dans les logements sociaux restent très longues. Dans ce contexte, il est inacceptable que des logements restent vides.

Écolo plaide pour que le Collège communal revoie rapidement sa copie, en modifiant son règlement jugé discriminatoire par la Justice, afin d’assurer la pérennité de cette mesure. Il suffit de suivre les indications fournies dans une récente circulaire de l’Union des Villes et Communes de Wallonie.

Outre le volet répressif, il nous paraît indispensable que la Ville mette en place une politique « positive » visant à remettre un maximum de logements inoccupés sur le marché locatif.

Il nous paraît aussi indispensable d’accélérer le recensement des logements inoccupés (obligation imposée par la Région wallonne) et de renforcer le rôle de l’AIS (Agence Immobilière Sociale) afin qu’une démarche active et rapide d’information et de suivi puisse être mise en place à destination des propriétaires. Ceux-ci pourraient ainsi accepter que leur bien immobilier soit pris en gestion et remis sur le marché locatif. De plus, les Sociétés de logement de service public peuvent elles-aussi désormais procéder de la sorte et ainsi contribuer à une diminution des logements inoccupés et à une augmentation de logements disponibles!

Dans cette lutte contre les logements inoccupés, nous insistons aussi sur l’absolue nécessité de mettre en place des mesures efficaces pour rendre habitables les dessus de commerce et rendre le centre-ville plus convivial.

Enfin,au lieu de s’accorder des dispenses mettant en péril l’application du règlement communal, il est grand temps que la Ville s’attaque à ses propres logements inoccupés en se lançant dans une politique volontariste de rénovation en partenariat avec l’AIS.

A Charleroi, on a que trop souffert d’un manque de logements décents et accessibles à tous.

Le nombre d’expulsions pour insalubrité n’est pas en diminution, le relogement de personnes sans-abris est une réelle difficulté; le relogement plus que difficile pour les familles nombreuses précaires, le manque de perspectives de la Ville dans ce domaine,le retard des plans d’ancrage communal, le peu de résultats de la réquisition douce…

Tous ces indicateurs sont des signes évidents d’un manque de politique en matière de logements depuis des années malgré les appels incessants adressés à la Majorité XXL par les associations de terrain.

Une ville conviviale est une ville habitée, une ville qui vit, au centre-ville mais également dans ses quartiers, trop souvent oubliés.

Dans le contexte de crise globale (économie, logement, environnement,…), il est indispensable d’agir concrètement pour une réelle politique de logement.

Texte publié dans Charleroi Magazine, numéro de juin 2012


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

Un quartier difficile en plein centre-ville

Depuis plus de vingt ans, la Ville-Haute est pointée du doigt. De la rue Turenne en passant par la...

Lire la suite

Carte blanche - opinion - © http://www.sxc.hu

En route vers la COP21 à Paris!

Charleroi doit se fixer des objectifs plus ambitieux dans la réduction des émissions de gaz à effet...

Lire la suite