Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

«Un directeur inutile à La Sambrienne»

Conseil d’administration houleux en perspective, ce soir, à «La Carolo». Écolo s’oppose au lancement du recrutement d’un cinquième directeur.

L’ex-échevine PS du Logement Ingrid Colicis sera-t-elle candidate au poste de directeur stratégique de la nouvelle société de logements publics de Charleroi, La Sambrienne, qui sera mise en place dès le second semestre 2013? Au-delà de cette énigme qui agite le landerneau politique communal, c’est une autre question qu’entend soulever ce soir le mandataire écolo Julien Lechat au conseil d’administration de La Carolorégienne. À savoir : lancer la procédure de recrutement pour ce poste (un point inscrit à l’ordre du jour,) n’est-ce pas mettre la charrue avant les bœufs et jeter près de 150 000 € chaque année par les fenêtres?

La charrue avant les bœufs

Dans l’analyse de la fonction qu’il vient d’effectuer, Julien Lechat arrive en effet à une double conclusion. D’abord, La Sambrienne peut vivre sans ce cinquième directeur dont le barème et les avantages sociaux s’aligneront sur ceux du directeur-gérant, Fadel Azzouzi. Dans le projet d’organigramme de gestion, trois responsabilités sont attribuées au directeur stratégique : le suivi des subsides qui peut être assuré par le full manager; la communication tant interne qu’externe que le CA peut confier à un attaché et le lobbying que le groupe Écolo estime être du ressort des organes politiques de la société de logements ainsi que de l’échevin de tutelle.

La seconde conclusion de l’administrateur écolo, c’est que l’inscription du point à l’ordre du jour met la charrue avant les bœufs : on demande à des mandataires sortants de prendre une décision qui impactera la gestion de leurs successeurs. Cette fonction représente une dépense de 150 000 € par an de traitement, charges sociales, avantages en nature et frais de représentation, avance-t-il. En faire l’économie donnera d’autant plus de moyens au fonctionnement de La Sambrienne.

La menace d’un recours

Lechat ose cette comparaison : «La tripartite nous a expliqué qu’après avoir creusé les fondations sous la précédente mandature, elle allait s’attaquer à la construction des murs. Ici, on a un peu l’impression qu’elle nous demande de commander les panneaux solaires avant même l’exécution du gros œuvre», ironise-t-il. Autant se le tenir pour dit : «Si le commissaire de la Société wallonne du logement n’applique pas le code d’éthique qui impose une gestion en bon père de famille, nous introduirons un recours contre cette décision.» Dans un CA où les groupes s’étripent, voilà qui ne manquera pas de mettre un peu d’huile sur le feu.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite