Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Budget 2013

Que dire de ce budget de transition sans âme, sans perspective d’avenir ni projets d’envergure qui suit les diktats de la Région wallonne et du CRAC.

  • Luc Parmentier, Chef de groupe au Conseil communal

Budget - © www.sxc.huPermettez-moi de remercier les fonctionnaires communaux qui nous ont préparé de manière minutieuse ce budget 2013 ainsi que les services du manager de crise pour son actualisation du Plan de gestion. D’habitude, je remercie les membres du Collège présents lors de la Commission générale devant nous expliquer ce budget 2013. Mais ceux-ci sont restés « bouche bée » devant nos interrogations. Quand je dis « bouche bée », je veux dire que les membres du Collège communal étaient tellement surpris que nous leur posions des questions sur le budget de l’administration qu’ils ne savaient plus quoi dire.

C’est pourquoi je réitére mes remerciements aux fonctionnaires communaux d’avoir pallié aux silences des politiques lors de cette commission mémorable ! On devrait plutôt d’ailleurs parler d’un budget 2013 en soins palliatifs !

Le premier budget d’une législature est normalement le premier geste fort d’une majorité voulant redonner à notre métropole son cachet et son aura d’antan ! Force est de constater que la nouvelle équipe en place n’a pas l’air d’avoir fait évoluer d’un iota ce budget de transition. La preuve en est que ni le Collège communal ni le Bourgmestre f.f. ni un seul Echevin même déjà en place lors de la précédente législature n’ont réussi à pondre une seule note de politique générale !

Le Code de la démocratie locale prévoit que la nouvelle majorité doit présenter sa note de politique générale dans les trois mois de son installation. Il ne vous reste donc plus qu’un mois et demi pour nous concocter un plan stratégique cohérent, coordonné et transversal devant amener notre Ville vers l’excellence et le renouveau. Les défis qui vous attendent sont importants et il ne faudrait pas qu’après-demain les Carolos se lèvent de nouveau avec la gueule de bois !

D’ici là, notre chef de gare empêché sera peut-être arrivé à sa gare terminus et pourra commencer en retard la mise sur les rails de votre nouvelle majorité. Le chef de gare, c’est la personne qui coordonne le travail du personnel et les différentes activités. Il s’occupe, entre autres, d’afficher et d’apporter les changements aux horaires de départs et d’arrivées des trains et superviser le personnel (billetterie, manutention, entretien, etc.), de donner l’autorisation pour les départs des trains. Il veille à faire preuve de vigilance et à respecter les normes de sécurité établies afin d’assurer un service efficace et courtois à la clientèle. Quel programme ! Mais au jour d’aujourd’hui, cette perle rare, ce fameux chef de gare que tout le monde nous envie cherche toujours sur le site de la SNCB l’horaire de la ligne 140 et là ce n’est pas gagné !

Que dire de ce budget de transition sans âme, sans perspective d’avenir ni projets d’envergure qui suit les diktats de la Région wallonne et du CRAC.

Normalement, le budget est l’élément de base de la gestion communale. Il contient les estimations de toutes les recettes et de toutes les dépenses projetées durant l’exercice à venir. Cet outil de gestion traduit donc les intentions politiques que la majorité se propose de concrétiser durant l’année, tant en termes de fonctionnement (budget ordinaire) qu’en termes d’investissements (budget extraordinaire). Il comprend aussi les dépenses inéluctables au bon fonctionnement quotidien de la commune (personnel, voiries…).

Il est normalement élaboré par le Collège, sous la houlette de l’Echevin du Budget, avec l’aide des principaux fonctionnaires communaux (secrétaire communal, receveur communal, responsable des services financiers) et en association, pour les matières qui les concernent, avec les responsables des différents services de l’administration. Une fois élaboré, il est ensuite soumis par le Collège au vote du Conseil communal.

Mais vous démontrez encore ce soir qu’il se passe toujours quelque chose à Charleroi. En effet, ce budget a été largement préparé par l’administration, sans réel passage de témoins entre le Collège sortant et le Collège entrant ou plutôt entre la majorité XXL et sa triplette. Manifestement, les sortants et les entrants ne se sont pas parlé après le 14 octobre, même au sein de leurs propres partis. La continuité politique ne semble pas assurée. C’est surtout très révélateur lorsque l’on observe la non mise en œuvre dans ce budget 2013 de mesures intéressantes du Plan de gestion de la ville, pourtant décidé en février 2012, en présence de toutes les belles mères de la majorité XXL.

Par ailleurs, ce budget, que l’on nous décrit comme administratif plutôt que politique, et élaboré sur base d’une règle générale étonnante (demande de l’administration x taux d’exécution du budget 2011) adoptée par le nouveau Collège qui conduit à des choix tantôt en contradiction avec les promesses de tous les partis de votre majorité, tantôt en décalage total par rapport aux besoins de la population. On nous dira que le politique corrigera cela lors du premier ajustement. C’est en tout cas un très mauvais départ qui n’augure rien de bon pour la suite car ce budget déforce déjà des politiques importantes pour tous nos concitoyens.

Nous nous attendions à un travail préparatoire beaucoup plus poussé de la part du nouveau Collège dont la composition est connue depuis la mi-octobre et qui était en mesure, à condition de s’être mis tout de suite à la tâche et de travailler avec les échevins sortants, d’adopter un budget plus sérieux que celui-ci. Mais non, nous nous retrouvons devant un budget de type « Canada dry », on dirait un budget mais ce n’est pas un Budget.

Un de vos prédécesseurs prétendait qu’à Charleroi, on était arrivé à l’os mais, visiblement, vous avez retrouvé encore un petit peu de chair à enlever !

Au niveau du Budget ordinaire, les dépenses de personnel de 167 M€ correspondent à 40,79 % des dépenses totales et augmentent de 4,13 % soit de près de 7 M€. On retrouve une enveloppe de 0,9 M€ pour le plan d’embauche 2013, une diminution des traitements des membres de vos cabinets de 2,5 M€ mais surtout une augmentation des cotisations patronales aux fonds de pension de plus 3,9 M€ qui fait suite à l’augmentation de 7,3M€ en 2012 soit une augmentation de 11,2 M€ en deux années. L’augmentation à l’avenir du taux de cotisation devrait faire de plus en plus mal au budget communal.

Les frais de fonctionnement sont en diminution de 5 M€ soit -12,94 % en un an. Il nous semblait que l’administration communale était à la limite du décrochage. Nous avons peur qu’avec cette énième diminution, les services communaux ne soient plus en état de fonctionner.

Que dire de la diminution de 424.000 € des frais d’entretien des bâtiments communaux ou de la diminution des prestations techniques de tiers de 413.000 €. Les bâtiments communaux sont déjà dans un état pitoyable, nous n’osons pas imaginer leur aspect et leur état en fin 2013 !

Les dépenses de transfert sont en augmentation avec la dotation au CPAS (+0,3M €) et la dotation à la Zone de Police (+1,7M€). Les transferts dans le cadre de la direction de la prévention et de la sécurité sont en diminution de 1,2 M€

Au niveau des dépenses de dette : les charges des emprunts en part propre sont en hausse de 1, 9 M€.

Au niveau des recettes ordinaires, celles-ci sont en hausse de 2,28 % comprenant 35,6 M€ d’aide exceptionnelle sollicitée auprès du CRAC.

Les recettes de prestations sont en baisse de 5,52 %.

Au niveau des recettes de transferts, on enregistre une hausse de 1,8 M€ des prévisions pour le fonds des communes. Les recettes à l’IPP stagnent à 37,5 M€ montrant à suffisance que notre Ville devient de plus en plus pauvre.

La plupart des taxes ont déjà été revues à la hausse en 2012 mais l’impact de l’augmentation de la redevance « crémation » de 37 € à 135 € rapportera 180.000 € en plus en 2013. Même les morts passent à la caisse !

Mais c’est au niveau des recettes de dette où l’évolution est la plus préoccupante ; les dividendes du Holding communal n’existent plus et les autres dividendes stagnent.

Passons maintenant au budget extraordinaire, l’endroit où l’on trouve normalement les nouveaux projets d’investissement de votre majorité soit 24 M€ en 2013, pour mémoire en 2012 ce montant était de 120 M€.

Voici quelques nouveautés pointées dans ce budget extraordinaire :

  • 4,5 M€ pour des travaux de toiture et de mise en conformité dans cet hôtel de Ville qui en a le plus grand besoin ;
  • 1,8 M€ pour l’achat de matériel informatique ;
  • 3,1 M€ pour des travaux d’aménagement de l’école des jeunes de l’Olympic à Marchienne.

Peu de grands projets pour 2013, nous espérons que la modification Budgétaire N°1 apportera, elle, le véritable projet d’investissement afin d’améliorer le patrimoine communal.

J’avais pris l’habitude de commenter les notes scabinales mais l’exécutif n’ayant pas pris la peine de les rédiger, mon commentaire sera des plus succincts : « Nothing ».

Charleroi, pour sortir durablement de la précarité, dans laquelle elle est tombée, avec une faible espérance de vie, un faible revenu médian, un faible niveau de diplôme, un taux de chômage important, un nombre conséquent de bénéficiaires du revenu d’intégration, etc… doit inverser la tendance de la fuite de ses habitants à revenu moyen en améliorant son attractivité.

Nous ne trouvons pas trace dans cette proposition de budget d’une volonté politique allant dans ce sens, c’est pourquoi notre groupe ne votera pas le budget 2013 de notre Ville.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite