Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La tripartite n’a pas convaincu tout le monde

Pour Écolo, la majorité n’a pas les moyens pour réaliser ses promesses

“Le projet de ville adopté au conseil communal par la majorité PS-MR-CDH de Paul Magnette, c’est celui d’une équipe qui veut faire vivre Charleroi au dessus de ses moyens.” Pour résumer sa pensée, le chef de groupe Écolo de l’opposition Luc Parmentier a eu recours à une métaphore culinaire : “Magnette annonce un menu gastronomique à ses concitoyens, alors qu’on n’a pas les moyens de commander autre chose que le lunch, voire le plat du jour”.

En un mot, la note d’orientation politique de sa majorité laisse les verts sur leur faim. Elle scandalise le PTB, qui s’indigne de lire dans le document qu’il n’existe pas de crise du logement en bord de Sambre. “Un scoop !”, selon Sofie Merckx, qui a pris un malin plaisir à déborder le nouveau président du PS par la gauche. “Il faudra aller dire ça aux 4.000 familles qui composent la liste d’attente du logement social; aux ménages mal logés qui doivent vivre dans des conditions indécentes ou encore aux centaines de SDF qui se présentent tous les soirs à l’abri de nuit Dourlet !”

Pour elle comme pour les verts, ce projet sacrifie les plus faibles. “N’oubliez pas que ces derniers représentent 15 % de la population.” Tripler la capacité d’accueil du logement social pour rencontrer les besoins ? La suggestion du PTB a été balayée d’un revers de main par le bourgmestre PS. Pour lui, sortir un jour du plan de gestion impose d’augmenter les recettes communales.

La ville doit se mettre en capacité d’attirer de nouveaux habitants pour avoir les moyens de soutenir son projet. En outre, un projet de ville n’est pas un catalogue d’intentions politiques, c’est une note d’orientation forcément incomplète. D’autres actions viendront plus tard, notamment vis-à-vis de la lutte contre la toxicomanie et le trafic de drogues qui empoisonnent la vie de plusieurs quartiers (comme le parc Reine Astrid et plus largement la ville haute), a indiqué Malika El Bourezgui (Écolo).

Pour le chef de groupe du MR, Olivier Chastel, l’urgence commande d’avancer. “Charleroi ne peut plus se permettre le luxe de galvauder une mandature.”

Sur le banc CDH, Mohamed Fekrioui s’inquiète du choix de la méthode. “Se donner les moyens de ses ambitions en actes plutôt qu’en paroles, voilà l’objectif que doit viser Charleroi”, a embrayé le chef de groups PS, Gérard Monseux.

Autres articles sur le même sujet


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite