Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La nouvelle organisation des CRA divise

Le collège communal a défendu son projet de plaines de jeux restrictives durant les congés de Pâques. Le débat a été animé.

Après une commission houleuse devant laquelle il avait défendu son projet, c’est au Conseil communal que l’échevin en charge des plaines de jeux a dû faire face lundi : hué, Serdar Kilic (PS) a expliqué en substance que la décision de supprimer le service des repas chauds de midi aux enfants, ainsi que l’abandon du ramassage gratuit en bus, étaient les conséquences de l’incurie de gestion de ses prédécesseurs.

Ce qui a quand même dû être difficile à entendre par l’ancienne échevine Latifa Gahouchi. «Le constat catastrophique, tant en matière d’état des bâtiments que de rigueur budgétaire, héritage d’un passé que nous devons tous subir et assumer, aurait pu nous conduire dans la voie sans issue du découragement. Plutôt que de renoncer à l’organisation des plaines pendant les congés de Pâques, nous avons décidé de les maintenir à certaines conditions restrictives. Cette expérience servira de base d’évaluation et de point de départ à une reconstruction progressive du concept de centre récréatif aéré», a-t-il dit.

Une importante délégation de femmes (mères, travailleuses, syndicalistes, militantes) était venue assister au débat. Des lettres ont été remises aux membres du collège pour leur demander de revoir leur position. En vain. Rétablir ce double service social, indispensable à l’accueil et au bien-être des enfants issus des familles les plus défavorisées, c’est ce qu’ont demandé aussi les groupes d’opposition Écolo et PTB.

Chez les Verts, Luc Parmentier a épinglé l’inadaptation de l’offre de transports en commun : «En période de vacances scolaires, un seul bus par heure dessert le centre de délassement de Marcinelle, l’une des plaines qui sera en activité à Pâques avec celles de Montignies-sur-Sambre et Charleroi. Il faut y ajouter près d’un quart d’heure à pied.» Pour lui, «c’est donc un «marche ou crève!» imposé aux parents qui ne disposent pas de voiture.» Il craint que «cette mesure terriblement antisociale conduise à remettre des enfants à la rue.»

Élue PTB, Sofie Merckx s’interroge sur les conséquences désastreuses : «Combien d’enfants vont-ils être privés de repas chauds ou carrément de plaines à Pâques?».

Kilic a expliqué que «La remise en conformité des cuisines des trois plaines réclamait un investissement d’1,1 million€. Sous tutelle, Charleroi n’en a pas les moyens.» Quant à étendre à la plaine de Charleroi la dérogation accordée au Resto du cœur pour l’exploitation des cuisines de la rue du Fort, l’échevin n’a pas précisé si cela était possible. Au bout du compte, les économies seront de 58 000 €. Moins qu’annoncé.

Kilic a indiqué que des aménagements seront possibles dans le futur, dès les grandes vacances. Il n’a donné aucune autre précision. Conspué lui aussi, le bourgmestre Paul Magnette a rappelé qu’il s’agissait d’une «décision collégiale».


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite