Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Comme un arbre dans la ville

La Ville de Charleroi s’est offert un outil de gestion de son patrimoine arboré public. Vos services possèdent un relevé phytosanitaire complet de 22.000 arbres urbains lié à un système de cartographie. Chacun dispose d’une pastille avec un numéro d’identification afin de le localiser facilement. On a recensé près de 159 espèces dont le charme, le cerisier décoratif, le peuplier d’Italie ou l’érable sycomore. 78 % sont en bonne santé.

  • Luc Parmentier, Conseiller communal.

Il reste encore environ 8.000 arbres à recenser, ils sont situés sur les communes de Gilly, Ransart et une partie de Montignies-sur-Sambre.

Cet outil est indispensable pour gérer un patrimoine arboré car c’est en premier lieu un inventaire de terrain.
A partir de cet inventaire, il est possible d’organiser une véritable gestion de ce « parc » en fonction de l’état sanitaire et de définir des priorités pour la sécurité publique afin de mutualiser les frais en regroupant les interventions.
Cet outil de pointe devrait permettre à notre Ville de privilégier des interventions d’entretien dans le respect de l’arbre, d’appliquer les principes de taille douce et raisonnée, d’améliorer la qualité des travaux d’entretien en fonction de priorités que sont la sécurité, le dégagement d’infrastructures, l’amélioration de la condition des arbres matures, le développement de jeunes arbres avec une structure saine pour le futur et last but not least planter le bon arbre au bon endroit.

Le patrimoine arboré de Charleroi est estimé à 10.000.000 € (valeur estimée selon méthode du Council of Trees and Landscape Appraisers) représentant 6.500 tonnes en valeur carbone et permettant de capter près de 125 tonnes de carbone par an. Si ces arbres n’étaient pas ravalés ou écimés, la valeur captée augmenterait de 10 à 20 % annuellement !

Il apparaît que cet outil de gestion se retrouve sur une voie de garage. Le site www.mon-arbre.com/charleroi est inactif et le recensement semble à l’arrêt.
Ce projet voté à l’unanimité par le Conseil communal dont vous étiez membre devait amener notre métropole à faire de sérieuses économies, grâce à la mise en place de meilleures pratiques.

Monsieur l’Echevin pourrait-il me faire connaître la vision du Collège communal sur une véritable politique de l’arbre à Charleroi permettant, demain, d’encadrer la gestion, l’entretien et l’amélioration de la ressource arborée de notre Ville ?

Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir, Monsieur l’Echevin, mes carolorégiennes et écologiques salutations.

Synthèse de l’interpellation et réponse sur “Charleroi communique”

La Ville de Charleroi s’est dotée en son temps d’un bel outil de gestion de son patrimoine arboré public. « Il apparaît que cet outil (une cartographie complète de 22.000 arbres) se retrouve sur une voie de garage: le site www.mon-arbre.com/charleroi est inactif et le recensement semble à l’arrêt », ce qui turlupine pour le moins Luc Parmentier (Ecolo) qui s’en est ouvert à l’échevin de l’Environnement Cyprien Devilers. « Or, cet outil de pointe devrait permettre à notre ville de privilégier des interventions d’entretien dans le respect de l’arbre, d’appliquer les principes de taille douce et raisonnée,… » insista L. Parmentier. « Nonobstant le problème specifique du site internet pour lequel des contatcs ont été pris avec les services informatiques dès l’annonce de son inaccsessibilité, le véritable noeud du problème, indiqua C. Devilers, réside dans la sous-estimation initiale (30%) de notre patrimoine arboré. Nous en payons aujourd’hui les conséquences en termes administratifs. Au stade actuel, il convient cependant d’utiliser au mieux et de la manière la plus efficace possible les élements en notre possession. Ces éléments nous seront précieux non seulement dans le cadre d’une politique de l’arbre, mais surtout dans le cadre plus global de la mise en valeur des nombreux espaces verts de notre métropole ».

« Moi, ce qui m’inquiète », devait ajouter Luc Parmentier, « , est que votre département sort souvent de bons projets mais qu’on a l’impression qu’ils s’arrêtent dans le temps. Je pense à l’audit de la Comase, le bilan carbone, le projet Charleroi Maya… Il serait temps de rouvrir les tiroirs et de les remettre sur votre bureau. Et de commencer à les relire ».


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Trafics de drogue et risques de corruption, comment sommes-nous protégés ?

Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les trafics de drogue et leurs nuisances fassent...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rénovation du Boulevard Mayence... Et l’information Bordel !

Monsieur l’Echevin, Des panneaux nouvellement plantés annoncent la rénovation du Boulevard Mayence...

Lire la suite