Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un plan pour valoriser les terrils

Le schéma de structure communal de Charleroi trace des pistes pour valoriser les terrils. Suivez le guide

Les terrils constituent un élément précieux du paysage de Charleroi et de son patrimoine historique minier. Ils constituent un atout à la fois touristique et écologique. Comment en exploiter le potentiel et les intégrer au mieux dans la ville? Le conseiller communal Xavier Desgain (Écolo) a interrogé à ce propos le bourgmestre en charge de l’Aménagement urbain. Et la réponse de Paul Magnette (PS) est la suivante: «Un maillage vert et bleu en forme de 8 a été défini dans le schéma de structure communal, les couleurs faisant référence d’une part aux espaces végétalisés (le vert), de l’autre aux éléments aquatiques (le bleu). Sur la carte des sols, les terrils occupent une place importante: leur étendue de 557 hectares représente 5,5 % de la superficie du territoire. Leur vocation reste souvent à préciser: rester en l’état, évoluer vers un usage social ou une nouvelle fonction urbaine.»

Dans ce cadre, le schéma de structure communal recommande quatre mesures.

La première, c’est l’acquisition de terrils en vue de les protéger. Cela va de pair avec une gestion appropriée des sites dans une optique de conservation de la nature. Cette démarche a été entreprise en 2011 pour cinq terrils dont la Ville est devenue propriétaire: les Piges à Dampremy, le Yernaux à Montignies-sur-Sambre, la Rochelle à Roux, le Saint-Xavier et les Vallées à Gilly. Deuxième priorité: donner une fonction d’espace vert aux terrils les plus proches du centre-ville; le Saint-Charles, les Piges et le terril de la Tombe sont concernés.

Remodeler profondément le Sacré-Français

Trois: classer le Sacré-Français, face au centre de congrès CEME de Dampremy, dans la catégorie «à remodeler profondément». L’idée est d’en valoriser la réserve foncière, dans un quartier en pleine mutation avec la construction du nouveau CHU Marie Curie. L’aménagement d’une «écocité» de logements pourrait être l’occasion de désenclaver le centre de congrès en le connectant directement au complexe hospitalier et à la route du Centre.

Dernière recommandation: «mettre en liaison» la chaîne de terrils entre le canal et la Docherie, pour en faire un itinéraire de promenade et de découverte dans l’un des paysages industriels les plus forts de Charleroi.

Pour sa part, l’échevin de l’Écologie urbaine, Cyprien Devilers (MR), a rappelé que ses services s’investissaient dans l’entretien des pieds de terril.

Autre article sur le même sujet


Billets connexes

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite