Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pas de fibre d’amiante dans l’air

Xavier Desgain s’est inquiété de la mise en décharge de l’amiante-ciment au Champ de Beaumont. Ornella Cencig a rassuré.

Benoït Wautier, l'Avenir, 18 juillet 2013, Charleroi, p. 9

Toutes les analyses visant à débusquer des fibres d’amiante sont négatives. L’information pénale consécutive à une plainte de l’Adem (l’association de défense locale) qui avait justifié ces analyses, est éteinte. Et enfin, le service régional appelé autrefois «Police de l’Environnement» ne sollicite pas le bourgmestre pour prendre des mesures coercitives. Des éléments, avancés par l’échevine Ornella Cencig (MR), qui ne peuvent que rassurer les riverains du Champ de Beaumont, à Monceau-sur-Sambre.

Leurs inquiétudes, liées à l’exploitation du CET, ont été relayées, lundi soir, devant le Conseil communal, par le conseiller Xavier Desgain (Écolo). Selon ses informateurs, les big bags contenant l’amiante-ciment se déchirent régulièrement lors de leur manipulation et les conditions fixées dans le permis d’exploiter le centre «restent très peu respectées».

Contrôles et mesures

L’échevine, en charge des établissements classés, a expliqué que des contrôles ont été effectués à trois reprises depuis avril 2012 par un laboratoire agréé. Des pompes installées en périphérie du site ont récolté des poussières quatre heures durant, lors de l’arrivée de big bags. Il n’y avait pas de fibres d’amiante dans l’air. Des mesures ont été effectuées de la même manière sur le personnel par le service externe de prévention et de protection au travail Mensura. Même résultat négatif. Enfin, chaque mois, d’octobre 2012 à juin 2013, les analyses de poussières récoltées par un laboratoire agréé ont aussi conclu à une absence d’amiante.

Par ailleurs, l’Association de défense de l’environnement de Monceau-Goutroux (Adem) avait déposé plainte auprès du procureur du roi de Charleroi. Ce qui avait entraîné une information pénale. Le 13 juin dernier, l’association a informé le comité d’accompagnement du CET que cette information était éteinte, les analyses n’ayant pas révélé l’existence de fibres d’amiante dans l’air.

Une surveillance régulière

Enfin, Ornella Cencig ajoute que le Département de la police et des contrôles, saisi du dossier par le ministre Philippe Henry (Écolo) a remis un rapport de 12 pages dans lequel il «ne sollicite pas le bourgmestre pour prendre des mesures coercitives», telle la cessation totale ou partielle de l’exploitation ou la mise sous scellés.

«Il faut néanmoins veiller à ce que les sacs soient déchirés le moins possible. Une surveillance régulière s’impose afin de devoir intervenir vigoureusement», a conclu Xavier Desgain.

Autres article sur le même sujet


Billets connexes

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite