Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ecolo demande la clarté sur les audits communaux

Plus de 2 millions d’euros, c’est le montant de l’ardoise

Plus de 2 millions d’euros. C’est le montant de l’ardoise de la ville Charleroi en frais d’audits commandés entre 2007 et 2012. Dans une réponse écrite non publiée au bulletin officiel, le bourgmestre Paul Magnette en dresse la liste et l’état d’avancement à la requête du conseiller écologiste Luc Parmentier. Ce n’est pas l’importance de la dépense qui fait tiquer le chef des verts de l’opposition, mais “le mauvais usage, voire l’utilité (très) douteuse de certaines études.” Exemple ? En 2009, le département des Sports fait expertiser l’accessibilité de huit infrastructures sportives et leur adaptation à l’accueil de personnes à mobilité réduite.

Les conclusions resteront dans un tiroir, passant deux ans plus tard (au début 2013) dans les mains de la nouvelle échevine de la Personne handicapée Véronique Salvi (CDH).

Deux : face au mécontentement des concessionnaires du marché de gros de Marcinelle et à sa détérioration, le collège mandate un expert pour trouver un repreneur au domaine. “Une dépense de 70.000 euros pour s’entendre dire que ce n’est pas faisable et qu’il faut rechercher une autre solution”, se moque Parmentier. Trois : Quand il est encore échevin MR de Gosselies, Alain Eyenga rêve d’aménager un parc communal dans son fief et commande un schéma de structure. Dont coût : 46.000 euros.

Le projet est tombé dans les limbes, selon l’Ecolo qui va demander des comptes à la majorité sur une volée d’études : A quoi a servi le bilan carbone (2007) d’un montant de 100.000 euros ? L’étude d’écologie urbaine (145.000 euros) attribuée en 2008 ? La cartographie des arbres inachevée, pour laquelle 120.000 euros ont été déboursés ? Pour ce qui est du master plan de l’intra ring commandé en 2008 par Eric Massin (PS) au prix de 114.000 euros, il apparaît que les options d’aménagement urbain du périmètre ont tellement évolué en 5 ans que le travail est devenu obsolète. On est toutefois formel au collège communal.

Comme on l’indique au cabinet du 2ème échevin Cyprien Devilers, ces données ont nourri des réflexions politiques ou inspiré des mesures inscrites dans le plan de gestion, comme la rationalisation des bâtiments publics ou la mise en place de synergies pour réduire le charroi. “Dès lors, parler de gaspillage est de ce fait incorrect et excessif. En outre, certains suivis de dossiers sont en cours au sein du bureau d’étude de l’intercommunale Igretec, comme le projet de réaménagement du parc de Monceau et de celui de Gosselies”.

Autres articles sur le même sujet


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite