Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Contre le nouveau règlement communal sur la mendicité

Charleroi se paupérise. Pour les écologistes, il est indispensable d’y apporter une solution car il n’y a pas d’avenir durable pour Charleroi avec le niveau de pauvreté que la ville connait.

  • Xavier Desgain, Conseiller communal

Mendiant - © http://www.sxc.hu

Charleroi se paupérise. Le phénomène s’est accéléré dans le centre ville parce que de nombreux emplois ont quitté ville basse et ville haute durant les dix dernières années. C’est une évolution préoccupante qui mérite attention, volontarisme et humanité. Pour les écologistes, il est indispensable d’y apporter une solution car il n’y a pas d’avenir durable pour Charleroi avec le niveau de pauvreté que la ville connait.

Le règlement sur la mendicité est une nouvelle pièce au puzzle que votre majorité met en place pour chasser les pauvres de la ville et les remplacer par une population mieux nantie qui remplira plus facilement les caisses communales. C’est la réalité brutale et déshumanisante de votre politique et de votre règlement sur la mendicité. Un vrai paradoxe alors que la crise s’approfondit.

Les manchards sont la preuve vivante que les politiques sociales que vous menez depuis de très nombreuses années échouent et que le filet de la sécurité sociale présente de plus en plus de trous. En effet, nombre d’entre eux ont été à un moment où un autre bénéficiaire du CPAS, et ont perdu plus tard tous leurs droits, et leurs espoirs d’une vie meilleure. De plus, lorsque vous accordez que le Revenu d’Intégration Sociale aux SDF, vous le faites au taux cohabitant (440€/mois), alors que vous devriez leur accorder le taux isolé (808€/mois). Ca ne les aide pas à s’en sortir durablement !!! Et s’il n’ont pas d’adresse de référence, ho combien difficile à obtenir, ils perdent tous droits sociaux.

Comme écologistes, nous ne pouvons accepter ce règlement qui, par la tournante que vous imposez, revient à interdire la mendicité en de nombreux endroits alors qu’il est interdit d’interdire la mendicité. De plus, ce règlement stigmatise une population qui n’a pas besoin de l’être et les isole de la société. C’est une attitude qui est contraire au principe de dignité de la Convention européenne des droits de l’homme.

Sans actions fortes et novatrices de lutte contre la pauvreté, d’accompagnement des personnes, votre stratégie échouera, ne réglera rien à la source, étalera le problème sur l’ensemble de la ville, créera des points de tension là où il n’y en n’a pas. Et le public que vous visez se jouera de vous. C’est ce qui se passe en matière de logement, de prostitution, de trafic de drogue et d’interdiction de consommation d’alcool sur la voie publique. Et cela se passera aussi en matière de mendicité, simplement parce que vous n’avez pas les moyens de contrôler en permanence ce qui se passe sur le terrain chaque jour. C’est d’ailleurs déjà le cas, parce que le règlement de police communal prévoit déjà des dispositions pour encadrer la mendicité, dispositions que vous n’êtes déjà pas en mesure de faire appliquer !

Ecolo demande des politiques sociales novatrices et volontaristes qui permettent à ce public en grande difficulté de retrouver dignité, espoir et projet de vie adapté à leur parcours. Je vous ai déjà interrogé sur ces actions pour remettre la petite communauté du monument dans un projet de vie nouveau et émancipateur. Votre réponse, disant que ces personnes n’avaient pas accepté les aides que le CPAS leur donnait, m’a bien fait comprendre que vos actions ne sont pas adaptées à la situation, et que vous n’aviez pas l’intention d’adapter des actions à ce public. Vous ne pouvez plus continuer à faire « un peu plus de la même chose », alors que la solution au problème est de faire autrement. Cela implique de prendre du recul, de se remettre en question et de dégager des politiques sociales nouvelles qui ont du cœur, et qui seront concertées avec les nombreux acteurs de terrain que notre ville compte. C’est indispensable car il n’y a pas d’avenir durable pour Charleroi avec le niveau de pauvreté que nous connaissons. Et ce n’est pas qu’une pauvreté financière, elle est aussi culturelle, scolaire, alimentaire, morale même parfois. Comme écologistes, nous vous demandons donc de changer votre fusil d’épaule et de faire de la lutte contre la pauvreté votre priorité absolue.

Quelques éléments plus précis sur votre texte :

  1. le règlement sur les artiste de rue n’a pas été voté alors que le règlement mendicité y fait référence.
  2. Le comité d’accompagnement que vous proposez n’est-il pas un conseil consultatif dont les statuts devraient être régis par le code de la démocratie locale ?
  3. Comment allez vous restituer les sommes confisquées si les personnes concernées ne disposent pas d’un compte bancaire ?
  4. Comment allez-vous déterminer ce que vous allez faire saisir et qui « constitue, à l’évidence le produit de leur activité » ? Juste ce qui est dans leur gobelet, ce qui est dans leur poche, ce qui est sur eux ? Allez-vous faire procéder à leur fouille ? La question est importante, car elle touche directement à l’applicabilité de votre règlement. J’aimerais vous entendre plus précisément sur cette question. Je pense que les manchards auront toujours assez d’imagination pour se jouer de vous sur cette saisie, et qu’il ne vous restera que l’arrestation administrative pour rendre ce règlement effectif. Et ça, je vous souhaite bon amusement pour le faire.
  5. Pourquoi interdire la mendicité les jours de marchés ? Cela gène-t-il à ce point ? Comment allez vous appliquer cela le dimanche matin ? Il sera bien facile pour les manchards de se dissimuler dans la foule, derrière un étal, au passage des rares policiers qui sillonnent le marché dominical.
  6. Ne faudrait-il pas plutôt, par sécurité juridique, vous contenter de compléter l’article 50 du règlement de police par la disposition suivante sur laquelle je pense nous sommes tous d’accord : « Toute personne se livrant à la mendicité ne peut entraver, de quelque manière que ce soit, la progression des passants Il leur est interdit d’entraver l’entrée d’immeubles et édifices publics ou privés ainsi que l’accès à un commerce et à un établissement scolaire. Pour des raisons de sécurité routière, il est interdit de se livrer à la mendicité dans les carrefours routiers ou sur les voies de circulation automobile»

Vous comprendrez que le groupe écolo votera contre ce règlement, parce qu’il n’apportera pas de réponse efficace aux problèmes posés par l’augmentation de la pauvreté à Charleroi, parce qu’il va une fois de plus stigmatiser une population en difficulté. Comme écologistes, nous sommes convaincus que des actions sociales fortes et novatrices destinées aux publics qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales constituent une condition indispensable pour créer à Charleroi une dynamique urbaine positive tant attendue par tous ses habitants et ceux qui y vivent, quelque soit leur condition sociale.


Billets connexes

Les commentaires sont fermés



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite