Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Utilisation de la voie d’eau dans le cadre des travaux du projet Rive-Gauche

Étant donné la durée des travaux et l’état de congestion profond de la Ville-Basse, il parait indispensable que cette option soit étudiée en profondeur.

Question de Xavier Desgain, Conseiller communal.

Monsieur le Bourgmestre,

Charleroi, quai de Sambre © jmh2o

Je souhaite vous interroger au sujet des travaux du projet Rive-Gauche à la Ville-Basse.

En effet, après les nombreuses étapes nécessaires à l’élaboration du projet « Rive Gauche », les premiers coups de pelle du projet ont été donnés ce 25 septembre. A cette occasion, j’ai été assez surpris d’entendre le promoteur dire, notamment à la télévision locale, que l’ensemble des gravas de démolition devait être évacué par la route, dans le centre-ville de Charleroi, qui est déjà largement embouteillé par les nombreux travaux qui s’y déroulent. Il déclarait en effet qu’ayant interrogé le service des voies hydrauliques sur la possibilité de mettre en place une évacuation des gravats par la Sambre, il s’était vu signifier une fin de non recevoir car celle-ci n’était pas suffisamment large que pour assurer dans le même temps le stationnement d’une barge et le passage des autres péniches (TéléSambre, à partir la 6’28).

Ces déclarations n’ont pas manqué de susciter mon interrogation, notamment au regard de l’argument utilisé vu la largeur de la Sambre à cet endroit, où il y a quand même de temps en temps des bateaux qui sont amarrés au bord de la Sambre, dans sa traversée du centre-ville, et que cela n’empêche nullement le trafic classique de l’ensemble des bateaux.

J’ai donc décidé d’interroger le Ministre wallon des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine, Carlo Di Antonio, sur le sujet.

Celui-ci m’a fait part du fait qu’il était tout à fait favorable à ce que l’on investigue plus en avant la possibilité d’utiliser la voie d’eau dans le cadre de votre projet, mais qu’à ce stade aucune demande formelle n’avait été faite. Il estime en effet nécessaire de pouvoir, sur base d’un dossier, discuter en profondeur de certains points, notamment ceux relatifs à la bonne fluidité de la navigation et à la bonne coordination avec le chantier Phénix.

Il se dit d’ailleurs, sur base d’une telle demande, prêt à organiser une rencontre sur le sujet.

Étant donné la durée des travaux et l’état de congestion profond de la Ville-Basse, il me parait indispensable que cette option soit étudiée plus en profondeur.

Monsieur le Bourgmestre peut-il me faire savoir si, au regard de ces nouveaux éléments, le Collège de la Ville de Charleroi compte prendre contact avec le promoteur de Rive-Gauche afin de solliciter de sa part le dépôt d’une demande formelle au service des voies hydrauliques. Cela permettrait à ces derniers d’étudier le dossier plus en profondeur.

Il me parait aussi indispensable que la Ville de Charleroi soit associée à la réflexion afin que l’ensemble des éléments de mobilité de la Ville-Basse puissent être intégrés.

Vu l’état d’engorgement de la Ville-Basse et la durée prévue pour les travaux de Rive-Gauche, il me semble qu’il est temps que le Collège prenne ce dossier à bras le corps.

Merci d’avance de votre réponse.

Réponse de Paul Magnette, Bourgmestre.

Dans le cadre de l’étude d’incidence sur l’environnement menée préalablement au dépôt de la demande de permis unique pour le projet « Rive Gauche », la question de l’évacuation des gravas de démolition a été étudiée. La possibilité de l’évacuation par voie d’eau s’est alors naturellement posée et les contacts à cet effet ont rapidement été pris entre le bureau de consultant « CSD Engeneer » et la Direction des Voies Hydrauliques de Charleroi (Service Public de Wallonie – Direction générale de la Mobilité et des Voies Hydrauliques).

Malheureusement, en raison de l’avis à la batellerie 2013/0002/01, la solution d’évacuation par voie fluviale a du être écartée. En effet, celui-ci précise : « En raison de travaux dans la ville de Charleroi, depuis le mardi 8 janvier 2013, entre le pont Olof Palme (cumulée 39807) et le pont de Philippeville (cumulée 40782), navigation à vitesse réduite, à plus de 6 mètres de la rive gauche et interdiction de croiser. Les usagers sont tenus de s’annoncer à l’écluse de Marcinelle (VHF 18) avant d’entrer dans la zone du chantier. (source: Direction des Voies hydrauliques de Charleroi) »

Concrètement, il est donc interdit aux bateaux de stationner sur la Sambre à cet endroit en raison de l’étroitesse de celle-ci ; le trafic fluvial devant pouvoir être assuré en permanence.


Les commentaires sont fermés



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite