Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Garderies, brûlot de l’opposition

Les familles nombreuses sont pénalisées par la nouvelle organisation des garderies scolaires, dit le PTB. Écolo craint aussi pour l’emploi.

«La réorganisation tarifaire et administrative des garderies scolaires à Charleroi, ça ne va pas. » L’opposition PTB-Écolo va demander des comptes à la majorité PS-MR-cdH sur ce projet qui, selon le PTB, «pénalise les familles nombreuses depuis la rentrée de septembre». L’échevin Serdar Kilic (PS) en charge de l’Enseignement est dans le collimateur. En juin dernier, c’est dans le cadre de son plan de gestion et de ses objectifs d’économie que le collège communal avait réformé à la fois la tarification des garderies scolaires et le mode de perception de la contribution parentale au coût de ce service.

+ 84 % d’augmentation !

«Avant il y avait un tarif dégressif en fonction du nombre d’enfants avec un prix maximal de 1,75 €, rappelle le président du PTB, Germain Mugemangango. Depuis la rentrée de septembre, il n’y a plus de dégressivité et le prix de la garderie du mercredi après-midi est monté jusqu’à 4 € par enfant.» Impact? Une augmentation de 84 % pour un ménage avec trois enfants dont les deux parents travaillent à temps plein: c’est ainsi que l’accueil des enfants le matin, le soir et à midi coûtera à ce ménage 22 € par semaine au lieu de 12 € jusque-là. Soit, sur une année complète, une ardoise de 843 € contre 456 €.

L’autre changement touche à la perception de la quote-part des parents. Au lieu de s’en acquitter au jour le jour selon la présence des enfants, ils sont tenus de le faire par virement bancaire une fois par trimestre, ce qui évite la circulation d’argent dans les écoles.

Un mieux? Sans doute, mais avec des revers. Les ménages qui auront perdu de vue cette dépense devront la payer en une fois, trimestriellement. Ce qui risque de favoriser une explosion du contentieux, selon le PTB. «Que va-t-il se passer si une famille est dans l’incapacité d’y faire face parce qu’elle n’a pas constitué de provision? » s’interroge la représentante du PTB au conseil communal, Sofie Merckx. «L’accueil des enfants le matin, le midi et le soir est une obligation légale: nous craignons donc de voir la Ville recourir au service d’huissiers de justice pour exiger la récupération de son arriéré. Avec les aberrations que nous devons déplorer dans la réclamation de la taxe poubelle, où des impayés de 5 € donnent lieu à des frais de 160 €!»

Pourquoi pas la gratuité ?

Quel impact sur l’emploi? Xavier Desgain (Écolo) a observé une baisse de la fréquentation du service le mercredi après-midi. Il s’interroge sur les conséquences en termes d’occupation des 659 gardiennes, souvent engagées en CDD dans des temps partiels.

D’autres villes ont fait le choix d’offrir ce service gratuitement aux familles, comme Liège, renchérit Sofie Merckx. Pourquoi pas Charleroi? Débat animé en vue au conseil de lundi prochain.

Autres articles sur le même sujet.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite