Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le sombre tableau du bilan de la majorité

Rien d’étonnant à cela : premier parti de l’opposition démocratique, Ecolo n’apprécie pas la politique menée par la tripartite en place à Charleroi.

Les vœux de ce début d’année électorale auront été, sans surprise, l’occasion de le répéter.

Paul Magnette ? Il avait annoncé un “menu à sept services”, et rien ne bouge, ou si peu, entre les mains d’un bourgmestre qui n’est d’ailleurs là qu’à temps (très) partiel, fustige Luc Parmentier, chef de groupe au conseil communal.

Dans le concret, cela signifie une taxe déchet qui va au-delà (109 %) du coût vérité exigé des Carolos, tandis que le marché (mal négocié) des iPhone a nécessité de la part des fonctionnaires, autant d’heures de recherches et d’auditions, de saisie et de perquisitions, composant autant d’heures gaspillées.

Quant au débat, il n’aura guère fonctionné, faute de présence du même bourgmestre, sur le plan social. Et le collège ? On a restreint les avantages des plaines de jeux, on a déplacé la misère, on a fragilisé encore les plus précarisés, mettant à mal sa cohésion sociale.

Stéphanie Lorent, conseillère CPAS, a rejoint le constat d’une ville en déficit de cohésion sociale, et qui risque de l’être plus encore demain, en raison de décisions qui vont alourdir le nombre d’allocataires sociaux dépendant du CPAS, parce qu’exclus du chômage.

Sur le terrain, d’autres reproches pleuvent, que rappellent les députés Xavier Desgain et Isabelle Meerhaeghe : manque de coordination de chantiers, bâtiments communaux toujours énergivores, abandon des quartiers périphériques au profit du seul “plan Vauban” qui ne se penche que sur le centre-ville. Voilà pour le bilan. Et les vœux verts ?

Un cadre de vie de qualité pour tous les Carolos, avec une transformation progressive des quartiers en éco-quartiers; de l’énergie dans les politiques communales avec, notamment, un appel aux budgets négligés auxquels Charleroi a droit; une ville solidaire, pour tous, avec une amélioration des services collectifs. Bref, une année qui doit donner aux électeurs l’occasion de réfléchir avant de voter, martèle Ecolo.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite